Archives de mars, 2008

Nucléaire : la CIA accuse l’Iran

dimanche, mars 30th, 2008 par Clovis Casadue

L’Iran cherche toujours à développer un programme d’armes nucléaires, a estimé le directeur de la CIA, Michael Hayden, sans pour autant remettre en cause un rapport du Renseignement américain affirmant que ces efforts se sont interrompus en 2003. Interrogé par la chaîne de télévision américaine NBC sur le fait de savoir si les Iraniens cherchaient à développer un programme nucléaire, M. Hayden a répondu : « Personnellement, je le crois. C’est difficile à expliquer ».

« Pourquoi continuent-ils à produire du matériel fissile ? (…) Quand vous voyez que les Etats-Unis mais aussi le Conseil de sécurité de l’ONU leur imposent des sanctions, pourquoi subiraient-ils cela s’ils n’avaient pas l’intention de développer la technologie leur permettant de produire du matériel fissile sans contrôle international ? », s’est-il interrogé.

La Syrie, bouc émissaire de la crise libanaise

dimanche, mars 30th, 2008 par Clovis Casadue
Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France font tout ce qui est en leur pouvoir pour isoler la Syrie, accusée d’être responsable du vide politique créé par la fin du mandat du président libanais Emile Lahoud l’année dernière. En réalité, la Syrie n’a rien à voir dans cette affaire, et l’on s’interroge sur les véritables motivations de cette campagne qui vise plutôt à empêcher une paix durable entre la Syrie et Israël.

L’élection présidentielle libanaise est bloquée par les deux principaux partis d’opposition : le CPL du général Michel Aoun et le Hezbollah d’Hassan Nasrallah, qui ont conclu une entente depuis des années. Bien que ces deux mouvements n’aient pas d’objection à ce que Michel Suleyman devienne le prochain président libanais, ils ont simplement posé des conditions supplémentaires. L’opposition libanaise demande, entre autres, à disposer d’une « minorité de blocage » au sein du futur gouvernement et l’organisation, au plus tôt, d’élections afin de renouveler un parlement qui fut élu du temps de l’occupation syrienne et qui manque cruellement de représentativité.

Signalons que ces deux courants de l’opposition représentent presque 60% de la population libanaise (chrétiens, shiites et sunnites) et que si la Syrie entretient des liens avec le Hezbollah, le général Aoun a déclaré n’avoir lui même aucun contact directe avec la Syrie.

La CIA confirme la localisation des otages dans les montagnes de l’Adrar des Ifoghas

mercredi, mars 26th, 2008 par Clovis Casadue

La CIA vient d’indiquer que les ravisseurs se cachent au Mali, plus précisément dans la zone Tigharghar, dans la région de Kidal, dans les montagnes de l’Adrar des Ifoghas, près des frontières avec l’Algérie.

Pendant ce temps, un communiqué publié par Al-Qaïda sur internet jihadiste indique que l’ultimatum a été prolongé jusqu’au dimanche prochain à minuit, afin de donner une nouvelle chance aux autorités autrichiennes.

Source : El-Khabar

abeibara.jpg

Dégradation de la situation pour les otages autrichiens

lundi, mars 24th, 2008 par Clovis Casadue
L’armée malienne a envoyé 200 soldats à Kidal (1) après que les affrontements se soient prolongés samedi avec les rebelles touaregs de l’Alliance Touareg Niger Mali emmenés par Ibrahim Ag Bahanga.

Selon une source militaire anonyme, une patrouille de l’armée serait tombée dans un guet-apens à 10km au nord d’Abeibara (3). Aucun bilan officiel n’est disponible mais l’armée régulière aurait subit de lourdes pertes selon, selon la même source.

Jeudi dernier, les rebelles de l’Alliance Touareg Niger Mali avaient ouvert le feu sur un avion C-130 de l’armée américaine qui survolait la localité de Tinzaouatène (4), obligeant l’appareil à effectuer un atterrissage d’urgence. Vendredi, les hommes Ibrahim Ag Bahanga capturaient 33 soldats de, toujours dans la localité de Tinzaouatène.

Le conflit entre les rebelles et l’armée malienne se serait étendu jusqu’a la ville de Boughessa dimanche en milieu de matinée (cercle intérieur de la carte placée ci-dessous).

Dans un tel contexte, et malgré l’expiration dimanche soir de l’ultimatum d’Al-Qaïda au Maghreb, on imagine mal que la libération des otages autrichiens puisse avoir lieu. Plusieurs journaux autrichiens indiquaient dimanche matin un possible report de l’ultimatum.

Cela d’autant plus que, malgré les déclaration du dirigeant autrichien Jörg Haider qui avait affirmé samedi que Seif al-Islam Kadhafi était en contact avec les ravisseurs, la Fondation Kadhafi a nié dimanche tout « contact direct ou indirect » avec les ravisseurs des deux Autrichiens enlevés en février en Tunisie, dans un communiqué publié à Tripoli. Information qui démontre également une très nette dégradation de la situation pour les deux otages.

mali2.jpg

Le cercle inférieur indique les zones de combats entre les forces rebelles et l’armée malienne

Le cercle extérieur indique la zone ou les otages autrichiens seraient détenus

Le point 2 indique la base arrière des salafistes du GSPC/QJMI

 

Clovis pour ReOpen911

Lire également : Alger réaffirme ne pas « être concernée » par l’affaire des otages autrichiens

airmountains.jpg

 

Regain de violences entre l’armée et les hommes de l’ex-rebelle touareg Ag Bahanga

samedi, mars 22nd, 2008 par Clovis Casadue

Alors que les négociations des otages autrichiens piétine, cinq civils et trois militaires maliens ont été tués ainsi que 33 militaires enlevés à Tinzaouatène, localité de la région de Kidal.C’est le chef des rebelles Touareg, Ag Bahanga, qui aurait lancé cette attaque, toujours selon l’AFP. En réalité, c’est une réplique de l’armée malienne car les rebelles ont failli flinguer, la veille, un avion militaire américain qui larguait des vivres à des troupes gouvernementales isolées à Tinzaouatène.

Ce que confirme un porte-parole du Pentagone à Washington, le commandant Ron Hill : L’avion, un C-130, n’a eu que des dommages mineurs, quelques trous dans le fuselage. Il se trouvait au Mali dans le cadre d’un exercice, Flintlock 2007, organisé dans le cadre d’un programme dit de « partenariat transsaharien de lutte contre le terrorisme » (TSCTP).

A noter que l’exercice Flintlock 2007 était programmé du 22 août au 7 septembre 2007.

ll y a quelques années, avant son arrestation, Mokhtar Benmokhtar alias El-Para avait trouvé refuge auprès des rebelles touareg de la région, et en particulier auprès de Ag Bahanga. Et c’est le même El-Para dont le GSPC/QJMI demandait la libération dans leur premier communiqué, le 10.3, en échange des otages autrichiens.

L’étrange itiniéraire des otages autrichiens en Tunisie

vendredi, mars 21st, 2008 par Clovis Casadue

Andrea Kloiber (43), infirmière, et Wolfgang Ebner (51) conseiller fiscal, quittent l’Autriche le 8 février dernier, pour se rendre en Tunisie où ils ont prévu d’effectuer une excursion avec leur 4×4.

9.2 : Ils embarquent dans un ferry à Gêne (I)

10.2 : Arrivée à Tunis (1)

13.2 : Ebner retire 300 euros dans un bancomat de à Gafsa (2)

14.2 : le couple envoie une carte postale depuis Kebili (3)

18.2 : Ebner téléphone à son fils Bernard à 15h34, depuis Matmata (4).

22.2 : Ebner et Kloiber sont enlevé dans le région de Tebessa et Oued Souf par la katiba al-fath al-moubine

24.2 : Les otages sont remis à la katiba Tarik Ibn Ziad (voir ici), sans doute en Libye,

26.2 : Les otages sont placé dans la région de Kidal, au Mali.

10.3 : le GSPC/QJMI revendique l’enlèvement sur le site Al-Eekhlas.

Ce qui est surprenant, c’est que les deux autrichiens aient modifié leur itinéraire initial, qui est un trajet assez standard dans ce genre d’excursion, après leur dernière communication téléphonique le 18 février, pour remonter, depuis Matmata, dans le nord-est tunisien et de franchir la frontière algérienne. Cela n’est pas très logique, d’une part parce que la région de Tébessa et Oued Souf n’offre aucune particularité aux touristes et plus encore parce que les deux autrichiens n’ont prévenu personne du changement de leur programme. De là à imaginer que c’est sous la contrainte qu’ils ont du, depuis Matmata, rejoindre l’Algérie, il n’y qu’un pas.

D’autant plus que les autorités tunisiennes (qui ont plutôt la réputation de savoir ce qui se passe dans leur pays) s’entêtent à donner une version qui indique que les deux touristes seraient descendus plus au sud, al El Borma, où ils se seraient fait kidnapper.

Version qu’un officier de Ali-Khodja (nom du siège du ministère de la Défense algérien) a très vite démenti, dans le quotidien Annahar, en confirmant l’enlèvement sur le sol algérien, dans la région de Tébessa.

Nous plaçons ci-dessous la carte de l’itinéraire prévu par le couple d’autrichiens, ainsi que l’itinéraire effectué.

dksapod.jpgfre.jpg
Source : ReOpen

Algérie: Mokhtar Belmokhtar condamné à mort par contumace

jeudi, mars 20th, 2008 par Clovis Casadue
L’ancien chef islamiste de la région algérienne de Sahara-Sahel, Mokhtar Belmokhtar, alias Abou El Abbas, a été condamné à mort par contumace par le tribunal criminel de Ghardaïa, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.Mokhtar Belmokhtar, 35 ans, qui était l’émir de la région Sahara-Sahel pour le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), avant son ralliement à Al Qaïda en septembre 2006, était jugé pour l’assassinat de 13 douaniers algériens en février 2006. Parmi les victimes figuraient notamment le directeur régional des douanes Khebouza Abdelkrim.C’est la deuxième fois que Mokhtar Belmokhtar, un ancien d’Afghanistan, est condamné à mort par contumace. Patron de la contrebande de cigarettes de la région Sahel, il serait actuellement réfugié dans le nord du Mali, sa base arrière, dans l’attente du « feu vert » des autorités pour se rendre et bénéficier de la grâce prévue par la charte sur la réconciliation nationale, selon la presse algérienne.

Il a été remplacé à la tête de la zone Sahara-Sahel par Yahyia Abou Ammar, commanditaire présumé de l’enlèvement le 22 février de deux touristes autrichiens, dont il est en train de négocier la libération contre une rançon de 5 millions d’euros et la libération de plusieurs islamistes détenus en Tunisie et en Algérie.

Source : ReOpen

Précisions sur la prise d’otages par QJMI

jeudi, mars 20th, 2008 par Clovis Casadue

algeria-map1.jpg

Les touristes autrichiens ont été enlevé le 18 février 2008, non pas dans le sud de la Tunisie comme l’indiquent les médias, mais entre Oued Souf dans l’ouest Tunisien, et Tébéssa, est Algérien, probablement après qu’ils aient franchis la frontière algérienne.

Selon des sources recoupées, c’est la katiba (unité) Oum al-kamakim qui a procédé à l’enlèvement. Cette katiba est dirigée par Gharbi Abdelmalek, recherché depuis 14 ans pour différentes actions terroristes.

La katiba Oum al-kamakim n’a jamais revendiqué une filiation directe à Al-Qaeda Maghreb.

Ayant subi de lourdes pertes dans après un ratissage de la Gendarmerie nationale algérienne en janvier dernier, la katiba Oum al-kamakim n’est plus composée que d’une quinzaine d’hommes armés. L’idée de cette prise d’otage a vraisemblablement été motivée par un besoin urgent de financement.

La katiba Oum al-kamakim ensuite conduit les otages en Libye, où ils ont été remis à la katiba Tarik Ibn Ziad (voir carte).

Cette katiba est une branche déclarée du groupe Al-Moulathamoun, dirrectement affilié au GSPC/Al-Qaeda Maghreb Islamique. Elle est à l’origine de l’assassinat des huit gendarmes à El Oued, le 3 février dernier.

Yahia Djouadi, dit Abou Amar, chef de file des quarante terroristes que compte la katiba, est aussi à l’origine de l’attaque qui a ciblé, en novembre de l’année dernière, un avion militaire à l’aéroport de Djanet (Illizi, dans le Sud-Est algérien). Il aurait été directement chargé, par Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussab Abdelwadoud, chef du GSPC/Al-Qaeda Maghreb Islamique, de collecter l’argent, les armes et les explosifs pour les besoins d’alimenter ses groupes terroristes.

La katiba Tarik Ibn Ziad détiendrait les otages dans la région de l’Adrar des Ifoghas, un massif montagneux situé au nord-est du Mali.

Source : ReOpen

L’Autriche hostile au versement d’une rançon pour ses otages

jeudi, mars 20th, 2008 par Clovis Casadue
Le médiateur autrichien a affirmé mercredi à Bamako que Vienne était, par principe, hostile au versement d’une rançon pour obtenir la libération de des deux ressortissants enlevés au Sahara par l’organisation Qaidat al Jhiad Fil Magreb al-Islami (QJMI).

Ses propos contredisent des propos attribués à des sources proches de la sécurité algérienne selon lesquelles Vienne aurait accepté le principe d’une rançon.

« Le gouvernement autrichien ne passe aucun marché impliquant le versement d’une rançon », a déclaré par téléphone à Reuters le diplomate autrichien, Anton Prohaska, qui n’a fourni aucune précision sur les exigences des ravisseurs.

Il s’est contenté de parler d’une situation « très complexe et très délicate » et a confirmé que l’ultimatum des ravisseurs avait été repoussé d’une semaine, pour expirer désormais dimanche à minuit.

Andrea Kloiber, 43 ans, et Wolfgang Ebner, 51 ans, ont été enlevés fin février dans le Sud-Tunisien alors qu’ils s’apprêtaient à traverser le Sahara. Ils seraient actuellement détenus dans la région désertique de Kidal, dans le nord-est du Mali frontalier de l’Algérie.

« Nous travaillons dur pour obtenir un dénouement heureux à cette affaire (…), nous sommes en contact étroit avec nos amis au Mali (..) à qui nous faisons confiance », a ajouté le diplomate autrichien.

Sur des sites islamistes, l’ex-GSPC rebaptisé QJMI a exigé le versement d’une rançon et la remise en liberté de dix de ses militants emprisonnés en Tunisie et en Algérie en échange de la libération des deux touristes autrichiens.

Pour sa part, le gouvernement malien a mis sur pied un comité spécial interministériel et contacté de hautes personnalités touarègues de la région de Kidal pour tenter d’obtenir leur concours en vue de la libération des otages.

Otages autrichiens : QJMI prolonge l’ultimatum et demande une rançon de 5 millons d’euros

mardi, mars 18th, 2008 par Clovis Casadue

Selon le quotidien indépendant El Djazaïr News, les ravisseurs auraient prolongé leur ultimatum, qui devait s’achever ce soir à minuit, jusqu’au dimanche 23 mars, de sorte à donner un répit aux otages, et sans doute aussi pour mieux focaliser les négociations sur une rançon, dont le montant serait de 5 millons d’euros.

Plusieurs radios maliennes, indiquant une source militaire, ont confirmé hier la présence des ravisseurs dans le nord du pays, localisé dans une région qui couvre 150 km entre Kidal et la frontière algérienne.

D’autres informations font état de la participation de Mokhtar Ben Mokhtar, ex-émir de la zone 9 du GSPC, à l’opération de QJMI, ce qui, en l’état, semble peu probable, même si ce dernier avait plus ou moins été impliqué dans l’enlèvement des touristes dans le Sahara algérien en 2003.

vfda.jpg

Retour sur les essais atomiques français dans le Sahara algérien (Vidéo)

mardi, mars 18th, 2008 par Clovis Casadue

Bien qu’aucun bilan n’ait été établi, le nombre de victimes des essais nucléaires aériens ou souterrains effectués au Sahara augmente inexorablement, souvent dans l’anonymat.

La France n’exclut pas une contribution matérielle pour le traitement des effets des essais nucléaires effectués durant l’époque coloniale en Algérie. C’est ce que révèle Son Excellence, l’ambassadeur de France en Algérie, Bernard Bajolet, dans une déclaration, rapportée hier par notre confrère Echourouk, qui affirme l’envoi dans ce cadre d’une équipe d’experts sur les lieux des explosions pour enquêter sur les dégâts causés aux habitations. Le diplomate français a précisé que son gouvernement réagira en fonction des résultats des enquêtes. Il a cependant révélé que le président Sarkozy a demandé à son homologue algérien, lors de sa visite d’Etat qu’il a effectuée début décembre, de séparer le dossier des essais nucléaires de Reggane de la coopération dans le domaine du nucléaire civil.

Autre révélation de M. Bajolet, le président Sarkozy a proposé à M. Bouteflika, selon lui, « la prise en charge médicale des victimes des mines antipersonnel implantées en Algérie à l’époque coloniale ». Il reste que si la France a attendu 45 ans après pour révéler l’implantation des mines antipersonnel posées le long de nos frontières, aucune cartographie des sites des dépôts des déchets radioactifs n’a été fournie à l’Algérie à ce jour. Paris refusait toujours d’ouvrir ses archives militaires concernant ce contentieux, sous prétexte d’un prétendu « secret défense » ou en évoquant ses engagements vis-à-vis du TNP. Pourtant, ces essais nucléaires ont eu de graves conséquences sanitaires et écologiques dans le sud du pays, d’où cette exigence d’ouverture des archives de l’armée française en vue de connaître la vérité.

Les essais nucléaires aériens ou souterrains effectués au Sahara ont produit de grandes quantités de déchets, enfouis seulement à quelques centimètres de profondeur, et fait beaucoup de victimes. Leur nombre augmente inexorablement, souvent dans l’anonymat. A ce jour, aucune liste n’est établie. L’absence de dépistage et d’archives sanitaires occulte les innombrables maladies comme le cancer et les décès entraînés par les radiations. Les victimes ne sont pas seulement les habitants des zones où les expériences ont eu lieu, mais même ceux se trouvant loin de cette zone.

La France coloniale a effectué son premier essai en Algérie le 13 février 1960 à Reggane sous le code « La Gerboise bleue ». Selon des chercheurs algériens, 17 essais nucléaires au total ont été menés par la France au Sahara, dont 4 à Reggane, entre 1960 et le retrait définitif de l’armée française de cette région en 1967. On estimait à au moins 30 000 victimes algériennes de ces expériences. Le dossier des essais nucléaires français en Algérie a été ouvert en 1996. Mais depuis cette date, rien ou presque n’est fait pour se débarrasser de ce legs empoisonné. La France devait pourtant prendre sa responsabilité juridique. Outre l’aide technique qu’elle est en devoir de fournir en matière de décontamination, elle doit ouvrir ses archives, mettre des noms sur tous les lieux secrets où les bombes avaient explosé.

Rabah Beldjenna

Les conservateurs iraniens obtiennent la majorité au Parlement

mardi, mars 18th, 2008 par Clovis Casadue
Les conservateurs iraniens ont confirmé leur emprise sur le Parlement avec une majorité des deux tiers, selon des résultats partiels qui montrent leur force jusque dans la capitale Téhéran, la vitrine politique du pays. L’estimation donnée samedi par le ministre de l’Intérieur, Mostafa Pour Mohammadi, selon laquelle les conservateurs obtiendraient 71% des 290 sièges était inchangée.
Les conservateurs iraniens ont remporté au moins 163 sièges lors des législatives de vendredi dernier et sont assurés de disposer de la majorité au Majlis, qui compte 290 députés, rapportait dimanche la chaîne de télévision publique.

Nouveau missile du Jihad Islamique palestinien

mardi, mars 18th, 2008 par Clovis Casadue

Le Jihad Islamique en Palestine a annoncé avoir mis au point un missile d’une portée de 22 kilomètres, ce qui signifie que de nouvelles colonies et villes israéliennes se trouvent désormais sous le feu de la Résistance palestinienne.

Un attentat à la bombe a visé un convoi militaire à Jijel dans l’est de l’Algérie et a fait 20 blessés.

mardi, mars 18th, 2008 par Clovis Casadue
Un convoi militaire a été la cible, dimanche vers 13h, de trois explosions de bombes sur la route communale au sud-est d’El Aouana ex-Cavalo au lieu-dit Kaâ Ledjbel à quelques kilomètres du chef-lieu communal. Cet attentat, selon des sources sécuritaires a fait 20 blessés parmi les militaires dont 4 officiers supérieurs. Parmi ces derniers figure le commandant du secteur militaire de Jijel (est de l’Algérie) qui a été évacué d’urgence vers l’hôpital militaire de Didouche-Mourad de Constantine. Le général major Tafer Ahcène, commandant des forces terrestres qui suivait de près le convoi, a échappé à l’attentat selon nos sources. Ces dernières ajoutent que les engins explosifs ont été déclenchés à distance. La déflagration a immédiatement été suivie de tirs d’armes automatiques de la part des terroristes armés dissimulés aux alentours et dont le nombre n’a pas été encore déterminé. La riposte des éléments de l’ANP a été immédiate et l’attentat a été suivi d’un accrochage avec le groupe terroriste qui a réussi à prendre la fuite. Une opération de ratissage a été aussitôt déclenchée dans les hauteurs d’El Aouana. Cette attaque intervient à quelques jours seulement d’un autre attentat à la bombe qui a visé un site d’une entreprise d’électrification dans la commune de Chekfa (wilaya de Jijel), et qui avait fait un mort et huit blessés.

Tirana : Au moins 155 blessés après l’explosion dans un dépôt militaire

samedi, mars 15th, 2008 par Clovis Casadue

Au moins 155 personnes, des civils pour la plupart, ont été blessées samedi après une explosion qui s’est produite dans un dépôt militaire non loin de Tirana, a déclaré à la presse le ministre albanais de la Santé, Nard Ndoka. »Il y au moins 155 personnes hospitalisées, 70 à l’hôpital de Durres (40 km à l’ouest de Tirana), 70 à l’hôpital militaire de Tirana et 15 dans un hôpital civil de Tirana », a déclaré M. Ndoka à la presse.

« Les blessés hospitalisés jusqu’à présent se trouvaient dans les villages avoisinants le dépôt, les ambulances ne se sont pas encore approchées du site (…) parce que les explosions continuent toujours », a-t-il dit.

Une forte explosion s’est produite samedi en milieu de journée dans un dépôt d’armes de l’armée albanaise situé à proximité du village de Gerdec jouxtant la localité de Vora. Elle a été fortement ressentie dans la capitale albanaise.

Des explosions continuaient d’être entendues à intervalles plus ou moins régulier près de deux heures après la première qui s’est produite peu après 12H00 (11H00 GMT).

Les ambulances, transportant les blessés, se succédaient à un rythme très élevé, a constaté l’AFP à l’hôpital militaire de Tirana.

Un des médecins de l’hôpital a estimé que la situation était « grave » et a appelé les citoyens à donner du sang « qui pourrait manquer ».

Parmi les blessés figurent beaucoup de femmes et d’enfants couverts de sang.

Selon des témoins venus accompagner des blessés à l’hôpital, « beaucoup de civils habitant près du dépôt ont besoin d’aide et d’autres craignant de nouvelles explosions ont fui leurs foyers pour se réfugier sur les monts avoisinants ».

Israël aurait sommé secrètement la Syrie de retenir le Hezbollah

samedi, mars 15th, 2008 par Clovis Casadue
Les autorités israéliennes ont récemment averti la Syrie, via une tierce partie, qu’elles la tiendraient responsable d’une éventuelle agression de la part du Hezbollah libanais, a-t-on appris hier de sources israéliennes et européennes dans une dépêche Reuters datée de Jérusalem.

Le message, dit-on de mêmes sources, a été transmis par au moins un intermédiaire européen après l’assassinat de Imad Moghniyé, haut responsable de la milice chiite pro-iranienne soutenue par Damas, et avant l’offensive menée récemment dans la bande de Gaza.

Sayyed Hassan Nasrallah, chef de file du Hezbollah, avait promis une « guerre ouverte » à Israël après la mort de Moghniyé, qui a succombé à un attentat commis en plein cœur de Damas. Le mouvement y a vu la main des services secrets israéliens, mais le gouvernement israélien nie toute implication.

De source européenne proche de l’affaire, on précise que le message avertissait la Syrie qu’elle pourrait être la cible de représailles, même si l’agression provenait du Liban.

QJMI demande une rançon pour les otages autrichiens

samedi, mars 15th, 2008 par Clovis Casadue
fsfds.jpg
Dans leur ultimatum, qui expire dimanche à minuit, les ravisseurs réclament la libération de cinq détenus algériens (des activistes de QJMI) et d’un groupe de détenus tunisiens ainsi qu’une rançon dont le montant n’est pas précisé par le forum Al-Ekhlass.

D’autre part, des sources croisées corroborent la localisation du groupe dans la région qui couvre Kidal au Mali et la frontière algérienne (voir carte).

 

kidal1.jpg

A Alger, le premier ministre Belkhadem, a estimé, dans un communiqué publié à 2100 ce soir, que l’Algérie n’était « pas directement concernée » par cette affaire dans la mesure où « l’enlèvement a eu lieu sur un territoire autre que l’Algérie » et où « les otages se trouvent actuellement sur un autre territoire non-algérien». Interrogé sur d’éventuels contacts entre les gouvernements algérien et autrichien, M. Belkhadem s’est contenté d’un laconique: « nous sommes en contact avec tous les pays dans le cadre de la lutte antiterroriste ».

L’Autriche refuse de négocier avec Qaïdat Al Jihad Fil Maghreb Al Islami

samedi, mars 15th, 2008 par Clovis Casadue
vfdag1.jpg
« L’Autriche ne négocie pas avec des terroristes » a déclaré le chancelier autrichien, Alfred Gusenbauer, à son arrivée au sommet européen de Bruxelles.Les ravisseurs, qui se réclament de la branche nord-africaine d’Al-Qaeda, ont demandé la libération de plusieurs prisonniers islamistes en Tunisie et en Algérie comme condition à la libération de leurs deux otages.
L’Autriche a donc rejeté cette possibilité, tout en soulignant qu’il n’était de toute façon pas en son pouvoir de remplir ces conditions. Le chancelier a également rejeté l’hypothèse de payer une rançon. Il appelle au soutien de ses partenaires européens et compte notamment sur la coopération de leurs services de renseignement.L’ultimatum posé par les terroristes court jusqu’à dimanche. Au delà, ils menacent de prendre la vie des deux otages.

Source : Al-Ekhlass

Lire également : Qui manipule Al-Qaïda au Maghreb Islamique ? 

Elections municipales en Egypte

samedi, mars 15th, 2008 par Clovis Casadue

Plus de 90% des candidats islamistes aux élections municipales du 8 avril en Égypte ont été disqualifiés, après une campagne des autorités contre les Frères musulmans, le principal groupe d’opposition du pays. Seuls 438 Frères musulmans sur 5159 étaient parvenus hier, dernier jour pour le dépôt des candidatures, à se porter officiellement candidats. La majorité s’est vu interdire l’accès aux bureaux d’enregistrement, qui ont aussi refusé les papiers de nombreux islamistes.

Le ministre égyptien des Affaires juridiques, Moufid Chehab, a reconnu mercredi devant le Parlement l’existence d’« erreurs » dans les procédures d’enregistrement, assurant toutefois que tous les candidats, même ceux du parti au pouvoir, en avaient été victimes. Plusieurs tribunaux administratifs à travers le pays ont statué cette semaine en faveur de candidats de l’opposition empêchés de déposer leur candidature, exigeant des bureaux d’enregistrement qu’ils acceptent leurs dossiers.

Des sites islamistes pressés par les Etats-Unis de supprimer leur contenu djihadiste

samedi, mars 15th, 2008 par Clovis Casadue

Un site islamiste affirme être passé d’un serveur basé aux Etats-Unis à un serveur basé en Russie, suite à des pressions continues du serveur américain pour faire supprimer au site son contenu djihadiste:

Dans un message aux abonnés envoyé le 27 février 2008, le site islamiste www.al-farooq.net annonçait la suppression de son contenu islamiste suite à des menaces de fermeture du site.

Il précisait toutefois que « l’élimination [du contenu relatif au djihad] des sections du site ne pourra pas éliminer [le djihad] de nos cœurs ».

L’examen du site révèle que le retrait du contenu djihadiste n’est qu’apparent: s’il est vrai que les sections ouvertement consacrées au djihad ont été supprimées, les autres sections sont encore saturées de documents encourageant au djihad.

Dans un autre message aux abonnés, envoyé le 9 mars 2008, le site islamiste www.al-farooq.net rapporte être passé à un serveur russe, après que l’hébergeur basé aux Etats-Unis eut une fois de plus menacé de fermer le site si le contenu djihadiste n’était pas supprimé.

Une enquête révèle toutefois que seule l’adresse IP associée à www.al-farooq.net est inscrite à Moscou, alors que l’hébergeur se trouve actuellement aux Pays-bas (RIPE Network Coordination Centre, Amsterdam).