Les vrais chiffres: la France enverra plus d’un millier d’hommes en Afghanistan

vendredi, avril 4th, 2008 par Clovis Casadue

En matière militaire, le diable se niche souvent dans les détails. Alors que le président de la République a bien annoncé, hier à Bucarest, l’envoi d’un renfort de 700 hommes en Afghanistan, les effectifs français présents dans ce pays vont augmenter d’un bon millier d’ici à l’automne prochain. Voici pourquoi et comment:

1) Il y aura d’abord les 700 hommes du bataillon, aujourd’hui affecté à la Reserve stratégique de l’Otan (NSR). Cette unité remplacera des Américains, qui partiront dans le sud de l’Afghanistan. Comme l’a précisé Nicolas Sarkozy, ils seront déployés dans l’Est du pays. « Nous voulions une continuité géographique avec Kaboul, où nous sommes déjà. C’est plus simple en termes logistiques et donc moins coûteux » explique-t-on au ministère de la Défense. Ce renfort devrait coûter de l’ordre de 150 millions d’euros par an. La date (« A l’été » dit-on au ministère) et le lieu exact du déploiement n’est pas encore connu. Des discussions sont en cours avec les différents états-majors de l’Otan (Kaboul, Bruxelles, Brussum). Les troupes actuellement désignées pour cette mission sont issues de la 11ème Brigade parachutiste, en particulier du 8ème RPIMa. Mais, si leur déploiement tarde un peu, les paras pourraient passer leur tour et la mission reviendrait sans doute aux troupes de montagne.

2) A côté de ce nouveau renfort, deux renforts étaient déjà programmés et annoncés:

– En aout, la France doit prendre, pour la deuxième fois, la responsabilité de la RCC (Regional Command Capital), c’est à dire la région de Kaboul. C’est un commandement tournant entre trois pays : France, Italie et Turquie. Pour assumer cette responsabilité, un état-major ainsi que des moyens de soutien et de protection seront envoyés à Kaboul, en plus du bataillon français présent dans la capitale. Soit 300 hommes supplémentaires. Cette mission durera environ un an.

– Dans le cadre de son effort de soutien à l’armée nationale afghane, la France avait prévu d’envoyer une cinquième équipe d’OMLT (Operationnal Mentoring Liaison Team) dans la province d’Oruzgan, un secteur confié aux Hollandais. L’effectif de cette OMLT sera d’environ 80 hommes, issus pour l’essentiel du 2ème Régiment étranger d’infanterie (REI).

Faisons l’addition : 700 + 300 + 80 = plus d’un millier de militaires, qui viendront s’ajouter aux 1500 actuellement présents dans le pays.

Les forces spéciales ne retourneront pas en Afghanistan

Le COS n’enverra pas un nouveau détachement, même si l’hypothèse a été sérieusement étudiée. Les forces spéciales ont été présentes en Afghanistan de la mi-2003 à la fin 2006, dans le cadre de l’opération Arès. « Les forces spéciales doivent être employées dans des opérations spéciales », explique un responsable militaire. Or, la mission confiée aux Français s’apparentera à du « contrôle de zone » dans un secteur difficile. Un travail pour l’infanterie légère. Les leçons de Spin Boldak (où avait été engagé le COS) semblent avoir été tirées. En revanche, le COS poursuivra sa participation à la formation des forces spéciales afghanes.

Secret Défense

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :