>Syrie: Assad « prêt à fournir toute aide pour la sécurité au Liban »

lundi, avril 7th, 2008 par Clovis Casadue

Le président syrien Bachar al-Assad s’est dit prêt lundi à « fournir toute aide » pour assurer la sécurité au Liban, lors d’un entretien à Damas avec le chef du Parlement libanais et dirigeant de l’opposition Nabih Berri, a indiqué l’agence officielle Sana.

M. Assad a exprimé en outre son appui « au dialogue entre les Libanais et à l’entente nationale comme seul moyen susceptible de régler la crise libanaise » entre l’opposition et la majorité parlementaires.

La Syrie, qui assure la présidence tournante de la Ligue arabe, « est prête à fournir toute l’aide possible que les Libanais auront réclamée, pour assurer la sécurité et la stabilité au Liban », a affirmé M. Assad, selon Sana.

Le vice-président Farouk al-Chareh et le ministre des Affaires étrangères, Walid Mouallem, étaient présents à l’entretien côté syrien, ainsi que le député libanais Ali Hassan Khalil, membre du mouvement chiite Amal dirigé par M. Berri.

Dans des déclarations à la presse après l’entretien qui a duré près de deux heures, M. Berri a souligné que « les Syriens ne posaient aucune condition à (la réalisation) de l’entente entre les parties libanaises ».

« La Syrie adhère aux résolutions prises lors des réunions qui avaient rassemblé les principaux dirigeants libanais en 2006 au Parlement, dont (l’établissement) de relations diplomatiques entre le Liban et la Syrie », selon M. Berri.

M. Berri, l’un des piliers de l’opposition soutenue par Damas et Téhéran, arrivé lundi matin à Damas, a affirmé que cette visite lui avait donné « un nouvel élan pour lancer un dialogue au Liban en vue de l’élection d’un nouveau président de la république libanaise, qui est le général Michel Sleimane », l’actuel chef de l’armée libanaise.

De profondes divergences sur le partage du pouvoir entre la majorité antisyrienne soutenue par l’Occident, et l’opposition emmenée par le Hezbollah empêchent l’élection d’un président au Liban, poste vacant depuis novembre.

M. Berri a indiqué qu’il voulait « poursuivre l’initiative de la Ligue arabe », qui prévoit l’élection du général Sleimane à la présidence, la mise en place d’un gouvernement d’union et l’élaboration d’une nouvelle loi électorale.

En visite dimanche au Caire, le Premier ministre libanais Fouad Siniora avait accusé la Syrie de retenir le Liban « en otage » en y bloquant l’élection d’un président, après un entretien avec Hosni Moubarak.

M. Siniora a exhorté les ministres arabes des Affaires étrangères à tenir une réunion extraordinaire pour examiner la question du blocage politique au Liban et de ses relations tendues avec la Syrie, ancienne puissance de tutelle.

Il a également demandé la mise en application de l’initiative arabe.

Un sommet arabe, fin mars à Damas, n’a pas réussi à débloquer la situation au Liban qui avait boycotté la réunion alors que des pays soutenant le gouvernement Siniora, comme l’Arabie saoudite et l’Egypte, y avaient envoyé des délégations de bas niveau.

Lors de ce sommet, la Syrie s’était défendue de toute ingérence au Liban.

« Je voudrais faire une mise au point sur ce qui se dit à propos d’une ingérence syrienne au Liban », avait affirmé M. Assad en ouvrant le sommet. « C’est le contraire qui est vrai car des pressions sont exercées sur la Syrie depuis plus d’un an pour qu’elle s’ingère dans les affaires internes du Liban. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :