Archives de la catégorie ‘Vidéo

Discours de Jean-Marc Ayrault sur l’Afghanistan devant l’assemblée nationale (Vidéo)

vendredi, avril 4th, 2008 par Clovis Casadue

Retour sur les essais atomiques français dans le Sahara algérien (Vidéo)

mardi, mars 18th, 2008 par Clovis Casadue

Bien qu’aucun bilan n’ait été établi, le nombre de victimes des essais nucléaires aériens ou souterrains effectués au Sahara augmente inexorablement, souvent dans l’anonymat.

La France n’exclut pas une contribution matérielle pour le traitement des effets des essais nucléaires effectués durant l’époque coloniale en Algérie. C’est ce que révèle Son Excellence, l’ambassadeur de France en Algérie, Bernard Bajolet, dans une déclaration, rapportée hier par notre confrère Echourouk, qui affirme l’envoi dans ce cadre d’une équipe d’experts sur les lieux des explosions pour enquêter sur les dégâts causés aux habitations. Le diplomate français a précisé que son gouvernement réagira en fonction des résultats des enquêtes. Il a cependant révélé que le président Sarkozy a demandé à son homologue algérien, lors de sa visite d’Etat qu’il a effectuée début décembre, de séparer le dossier des essais nucléaires de Reggane de la coopération dans le domaine du nucléaire civil.

Autre révélation de M. Bajolet, le président Sarkozy a proposé à M. Bouteflika, selon lui, « la prise en charge médicale des victimes des mines antipersonnel implantées en Algérie à l’époque coloniale ». Il reste que si la France a attendu 45 ans après pour révéler l’implantation des mines antipersonnel posées le long de nos frontières, aucune cartographie des sites des dépôts des déchets radioactifs n’a été fournie à l’Algérie à ce jour. Paris refusait toujours d’ouvrir ses archives militaires concernant ce contentieux, sous prétexte d’un prétendu « secret défense » ou en évoquant ses engagements vis-à-vis du TNP. Pourtant, ces essais nucléaires ont eu de graves conséquences sanitaires et écologiques dans le sud du pays, d’où cette exigence d’ouverture des archives de l’armée française en vue de connaître la vérité.

Les essais nucléaires aériens ou souterrains effectués au Sahara ont produit de grandes quantités de déchets, enfouis seulement à quelques centimètres de profondeur, et fait beaucoup de victimes. Leur nombre augmente inexorablement, souvent dans l’anonymat. A ce jour, aucune liste n’est établie. L’absence de dépistage et d’archives sanitaires occulte les innombrables maladies comme le cancer et les décès entraînés par les radiations. Les victimes ne sont pas seulement les habitants des zones où les expériences ont eu lieu, mais même ceux se trouvant loin de cette zone.

La France coloniale a effectué son premier essai en Algérie le 13 février 1960 à Reggane sous le code « La Gerboise bleue ». Selon des chercheurs algériens, 17 essais nucléaires au total ont été menés par la France au Sahara, dont 4 à Reggane, entre 1960 et le retrait définitif de l’armée française de cette région en 1967. On estimait à au moins 30 000 victimes algériennes de ces expériences. Le dossier des essais nucléaires français en Algérie a été ouvert en 1996. Mais depuis cette date, rien ou presque n’est fait pour se débarrasser de ce legs empoisonné. La France devait pourtant prendre sa responsabilité juridique. Outre l’aide technique qu’elle est en devoir de fournir en matière de décontamination, elle doit ouvrir ses archives, mettre des noms sur tous les lieux secrets où les bombes avaient explosé.

Rabah Beldjenna

Attentat tragique à Jérusalem (vidéo)

jeudi, mars 6th, 2008 par Clovis Casadue

Un attentat perpétré jeudi soir à Jérusalem-ouest, dans un institut d’études talmudiques du quartier de Kyriat Moshé, a fait huit tués et au moins 35 blessés, a indiqué un secouriste du Maguen David Adom, l’équivalent israélien de la Croix Rouge.

« Nous décomptons huit tués et au moins 35 blessés », a affirmé à la radio de l’armée israélienne le responsable des services de secours, le Magen David Adom, Eli Bin. Trois des blessés sont dans un état grave, a-t-on indiqué de sources médicales.

Selon la police israélienne, les deux auteurs de l’attentat, dont l’identité n’était pas connue à ce stade, ont été tués lors d’un échange de tirs. Le premier a été tué dans l’établissement, le second ayant réussi à prendre la fuite, à se réfugier dans un immeuble voisin avant d’être tué par la police après une chasse à l’homme d’une demi-heure. Selon des sources policières, cet homme portait une ceinture d’explosifs, qui n’a pas été actionnée.

L’attentat s’est produit peu après 20h30 locales.

Selon les premiers éléments distillés par la police, par les services de secours et par des témoins, deux hommes sont entrés dans l’établissement et ont ouvert le feu dans toutes les directions, tuant et blessant les nombreux étudiants présents sur les lieux.

Des dizaines d’ambulances sont arrivées sur place pour évacuer les blessés vers les hôpitaux les plus proches. Un hélicoptère survolait la ville tandis que des forces de police sillonnaient la zone toutes sirènes hurlantes.

Les cellules d’Imad Moughnieh des Libérateurs de Galilée, une organisation terroriste peu connue, mais qui a déjà fait parler d’elle, ont revendiqué l’attentat perpétré « en riposte aux exactions d’Israël à Gaza et à l’élimination d’Imad Moughnieh ».

Les Comités de résistance populaire annoncent que cet attentat n’est que le premier d’une série destinée à  »faire quitter aux Israéliens la Palestine s’ils veulent trouver la sécurité ».

 

Source : Ynet et Jpost

 

 

Mishka Ben-David, agent du Mossad, au sujet de la mort récente d’Imad Moughaniyeh dans une explosion à Damas, et des répercussions que pourraient avoir une telle opération, de la réponse du Hezbollah :


Les talibans attaquent un grand hôtel de Kaboul (Vidéo)

mardi, janvier 15th, 2008 par alyusi

Les talibans ont frappé lundi soir le coeur international de Kaboul tuant six personnes, dont au moins un étranger, dans l’hôtel le plus luxueux du pays où se trouvait le ministre norvégien des Affaires étrangères, resté sain et sauf.

Six personnes ont également été blessées, dont deux étrangers, a annoncé le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Zamarai Bashary.

Il s’agit de deux Norvégiens.

Selon une source dans un service de sécurité occidental, «un Canadien figure parmi les tués», ce qu’aucune source officielle n’a voulu confirmer.

«Je suis avec le ministre des Affaires étrangères Jonas Gahr Stoere à Kaboul. Il est en sécurité à l’hôtel, au sous-sol», a déclaré à l’AFP Anne Lene Sandsten, porte-parole du ministère, jointe par téléphone.

«Nous avons un journaliste et un membre de la délégation (norvégienne accompagnant le ministre) blessés», a-t-elle poursuivi.

«Au début il y a eu une attaque suicide à l’entrée de l’hôtel suivie par une seconde explosion», a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère de l’Intérieur Zemarai Bashary. Puis il y a eu des échanges de tirs», a-t-il encore indiqué sans pouvoir préciser si la seconde explosion était le fait d’un autre kamikaze.

Un porte-parole de la Force internationale d’assistance à la sécurité, le capitaine Mario Renna, avait auparavant indiqué à l’AFP qu’il y a apparemment eu trois attaquants venus à pieds au Serena.

«L’un a été tué par les gardes de l’hôtel mais deux autres ont réussi à entrer à l’intérieur où ils ont pu tuer un garde et en blesser deux autres, dont un sérieusement», déclarait-il citant les premiers éléments en sa possession.

Des informations contradictoires circulaient près de six heures après l’attaque survenue à 18h00 locales (9 h 30 HAE) sur le nombre d’attaquants.

Des sources du renseignement afghan ont fait état de deux attaquants et le directeur de l’hôtel, Christopher Newbery, a dit la même chose à l’AFP.

«Nous supposons qu’il y avait deux attaquants», a déclaré M. Newbery, le kamikaze et celui qui a fait usage de son arme automatique.

Selon M. Bashary, la situation était «sous contrôle des autorités» trois heures environ après l’attaque, mais M. Newbery a par la suite déclaré à l’AFP que «personne ne pouvait sortir (de l’établissement) et que personne ne pouvait y entrer».

Selon un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahed, qui a revendiqué l’attaque, il y a eu quatre attaquants.

«Quatre membres des talibans, l’un d’eux portant une veste d’explosifs et tous armés de kalachnikov, sont entrés dans l’hôtel Serena et ont ouvert le feu sur des étrangers», a-t-il déclaré par téléphone peu après l’attaque. «L’un d’eux s’est fait exploser» et les autres attaquants sont «en sûreté».

Aussitôt après la première explosion, la coalition internationale, à majorité américaine, a dépêché une trentaine d’hommes sur place, a indiqué à l’AFP son porte-parole, le major David Johnson. «Ce sont 30 personnels comprenant des éléments de la Force de réaction rapide», a-t-il dit, ainsi qu’une équipe médicale.

Le responsable de sécurité occidental a indiqué à l’AFP que «les chambres ont été fouillées une à une par ces militaires», apparemment à la recherche d’au moins un attaquant.

Le principal axe routier menant à l’hôtel, inauguré fin 2005, a été bloqué à la circulation et les journalistes ont été maintenus à distance. Plusieurs véhicules de police et des forces étrangères se sont engouffrées dans cette zone ainsi que deux ambulances, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Un responsable du palais présidentiel a déclaré que la zone avait été placée en état d’alerte d’un niveau élevé.

Chassés du pouvoir fin 2001 par une coalition internationale dirigée par les États-Unis pour leur soutien actif à Al-Qaeda, les talibans mènent depuis une insurrection sanglante qui a fait des milliers de morts. Leurs plus sanglantes attaques ont touché Kaboul et ses environs.

Sheikh Omar Bakri soutient Al-Qaeda (Vidéo)

samedi, janvier 12th, 2008 par alyusi

Al-Qaïda appelle à accueillir Bush avec des bombes

lundi, janvier 7th, 2008 par alyusi

« En dépit des épreuves et des tribulations, un avenir lumineux et prometteur s’annonce pour l’islam et ses défenseurs » : la tentative désespérée de Yahya Adam pour retourner les Américains contre leur gouvernement et son appel pressant à attaquer Bush lors de sa prochaine visite au Moyen-Orient

Le 6 janvier 2008, la société de médias d’Al-Qaïda Al-Sahab a affiché sur le site islamiste Al-Ikhlas http://www.ek-ls.org/ un message vidéo de Yahya Adam adressé au peuple américain, comprenant un appel pressant aux moudjahidine de Palestine et d’Arabie saoudite à accueillir George Bush avec « des Bombes et des pièges » lors de sa prochaine visite au Moyen-Orient.

La vidéo qui relance la polémique sur la mort de Benazir Bhutto

jeudi, janvier 3rd, 2008 par alyusi

Les nouvelles images de ses derniers instants tendraient à corroborer la thèse de l’opposition pakistanaise, selon laquelle l’ancien Premier ministre pakistanais aurait été tué quelques instants avant que le kamikaze ne fasse exploser sa bombe.

La qualité des images ne permet pas d’être catégorique. Mais sur cet enregistrement amateur, et privé de son, il semble bien que Benazir Bhutto s’effondre une fraction de seconde avant le flash de l’explosion.

Cette vidéo donnerait donc raison au Parti du peuple pakistanais (PPP), formation de Benazir Bhutto, qui, dès le lendemain de l’attentat suicide du 27 décembre dernier, avait affirmé que sa candidate avait tuée d’une balle dans la tête, juste avant l’explosion de la bombe. À l’inverse, le ministère de l’Intérieur pakistanais assure que Benazir Bhutto est décédée d’une fracture du crâne subie en heurtant le levier du toit ouvrant de sa voiture alors qu’elle tentait d’échapper à des tirs. Une version des faits qui serait démentie par cette nouvelle vidéo.

Qui est derrière sa mort ?

La controverse sur les conditions exactes du décès de Benazir Bhutto enflamme le Pakistan, au point que le président Musharraf a dû faire appel à une équipe de Scotland Yard pour seconder les enquêteurs pakistanais. Les conclusions de l’enquête pourraient permettre d’établir des responsabilités précises dans la mort de l’ancien Premier ministre.

En effet, pour Islamabad, Al-Qaeda est derrière cet attentat. Le pouvoir en place a donc intérêt à prouver que Benazir Bhutto a été tuée par l’explosion de la bombe du kamikaze. Problème, la nébuleuse islamiste a démenti avoir participé à l’attentat. Le PPP, à l’inverse, met en cause le gouvernement et privilégie donc la thèse d’un assassinat avant l’explosion. Le parti d’opposition accuse Musharraf d’avoir essayé de cacher des secrets sur la mort de Benazir Bhutto.

Musharraf « pas entièrement satisfait » de l’enquête en cours

Répondant jeudi aux questions des journalistes, le chef de l’État pakistanais a assuré n’avoir jamais cherché à dissimuler la vérité sur cet attentat. Il a toutefois déclaré qu’il n’était « pas entièrement satisfait » de l’enquête en cours.

Les groupes terroristes ultrasionistes en Israël

jeudi, janvier 3rd, 2008 par alyusi

Yigal Amir, un juif orthodoxe, avait abattu le chef du gouvernement israélien le 4 novembre 1995. Il était farouchement hostile à la politique du Premier ministre qui consistait à céder une partie de la Cisjordanie en échange de la paix avec les Palestiniens.