Archives du tag ‘Beyrouth

La Finul accuse Israël de violation de l’espace aérien ‎libanais

samedi, août 16th, 2008 par Clovis Casadue

Le Commandant de la Force intérimaire des Nations ‎Unies au Liban (Finul) a accusé Israël de violation de ‎l’espace aérien libanais. « Les avions militaires israéliens ‎violent quotidiennement l’espace aérien du Liban, en total ‎déni de la résolution 1701 du Conseil de sécurité », a ‎affirmé le Commandant italien de la Finul, le Général ‎Claudio Graziano, cité par le correspondant de l’IRIB, à ‎Beyrouth. « Israël continue toujours d’occuper le village ‎Ghajar (Sud du liban) et dissimule toujours les cartes des ‎champs de mines et de sous-munitions non explosées ‎déposées de l’an 1982 jusqu’à 2006 et cela aussi présente ‎une violation évidente des lois internationales », ajoute le ‎commandant de la Finul. « Nous n’avons aucun problème ‎avec le Hezbollah qui, à son tour, respecte et applique ‎totalement la résolution 1701 », a-t-il ajouté. Deux ans après ‎la guerre de 33 jours, terminée par l’adoption de la dite ‎résolution, le régime sioniste continue toujours de violer ‎l’espace aérien, maritime et terrestre du Liban.

>Liban : Israël et les Etats-Unis ont voulut décimer l’état-major du Hezbollah le 25 avril dernier

mardi, mai 13th, 2008 par Clovis Casadue

Le gouvernement de Fouad Sanioura a commis une erreur grave, plutôt mortelle, en prenant à la hâte des décisions concernant la Résistance et le Hezbollah, dont la plus importante est l’arrêt du réseau téléphonique qui fut concédé à la résistance pour des raisons stratégiques. Pourquoi ces décisions furent-elle fatale? Parce qu’elles ont fait suite à des nouvelles parues en Israël sur l’échec d’une opération contre la Banlieue sud de Beyrouth qui aurait dû avoir lieu le 25 avril et dont le but était l’assassinat de Hassan Nasrallah et de son état-major… Opération passant justement par l’Aéroport international de Beyrouth.

Suite de l’article sur MECANOPOLIS

> Le chef du Hamas menace d’enlever d’autres Israéliens

samedi, mai 10th, 2008 par Clovis Casadue

Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, a menacé vendredi de capturer des Israéliens si l’Etat hébreu ne libérait pas des prisonniers palestiniens, dans un discours prononcé au camp Yarmouk près de Damas.

« Si nos ennemis ne libèrent pas nos prisonniers dans les geôles israéliennes, (le soldat israélien) Gilad Shalit ne sera pas le dernier » Israélien à être enlevé, a affirmé M. Mechaal dans un discours à l’occasion du 60e anniversaire de la « Nakba », qui a vu l’expulsion de centaines de milliers d’Arabes durant la guerre de 1948 consécutive à la création d’Israël.

Selon M. Mechaal, il y a « 11.600 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes ».

Gilad Shalit avait été enlevé en juin 2006 à la lisière de la bande de Gaza par trois groupes armés palestiniens, dont le Hamas.

M. Mechaal, chef du bureau politique du Hamas, a par ailleurs demandé aux pays arabes d’oeuvrer pour « lever le blocus » imposé à Gaza.

« Si Israël rejette la trêve (proposée) par les Palestiniens, je demande à l’Egypte et aux pays arabes d’intervenir pour lever unilatéralement le blocus et ouvrir le point de passage de Rafah » entre Gaza et l’Egypte, a poursuivi M. Mechaal.

Le terminal de Rafah est fermé quasiment en permanence depuis 2006. Israël impose un blocus à Gaza depuis janvier en riposte aux tirs de roquettes.

M. Mechaal a par ailleurs appelé à « une réconciliation » avec le Fatah, le mouvement du président palestinien Mahmoud Abbas, évincé en juin 2007 de Gaza par le Hamas.

« Tous les dirigeants de la résistance sont disposés à une réconciliation (…) à condition que l’on lutte contre la corruption et que l’on demeure attaché aux droits » palestiniens, a-t-il dit.

Il a exhorté « toutes les forces du peuple libanais à préserver l’unité nationale, (…) et à interdire aux parties sionistes et américaines d’exploiter les intérêts du Liban ».

« Nous souhaitons un Liban uni, indépendant. Les Palestiniens (vivant) au Liban ne font pas partie du conflit, ils appuient les intérêts libanais », a poursuivi M. Mechaal.

Le Hezbollah a chassé vendredi ses rivaux de quartiers entiers de l’ouest de Beyrouth après 48 heures de combats meurtriers.

> La Résistance du Hezbollah contrôle une grande partie de Beyrouth

vendredi, mai 9th, 2008 par Clovis Casadue

Le Hezbollah a pris vendredi le contrôle d’une grande partie de Beyrouth, dont des organes de presse pro-gouvernementaux, au troisième jour d’une campagne de désobéissance qui tourne à la confrontation majeure avec le gouvernement de Fouad Siniora.

D’après des sources proches des services de sécurité, le bilan des trois jours d’affrontements entre combattants des deux camps est d’au moins dix morts et 20 blessés.

Rappelant les heures les plus sombres de la guerre civile qui a déchiré le pays de 1975 à 1990, le bruit sourd des grenades et le craquement des armes automatiques ont continué de résonner durant la nuit tandis que des groupes de jeunes gens armés de fusils d’assaut sillonnaient les rues de la capitale encombrées des carcasses noircies de voitures incendiées.

En fin de matinée, le Hezbollah et ses alliés contrôlaient la totalité de Beyrouth-Ouest à l’exception du quartier de Tarek al-Djadidi, où des combattants pro-gouvernementaux étaient cependant en discussion pour rendre les armes, a dit un responsable de la sécurité.

Dans la matinée, des hommes fidèles au Hezbollah avaient pris le contrôle de la chaîne de télévision pro-gouvernementaleÿ Future News, qui appartient au dirigeant de la coalition au pouvoir Saad al Hariri, et obtenu l’interruption de ses programmes, a déclaré à Reuters un responsable du bureau de la chaîne à Beyrouth. Des hommes en armes ont également fait irruption dans les locaux du journal Al Moustakbal, appartenant aussi à Hariri.

D’après des responsables des services de sécurité, les membres du Hezbollah, accompagnés de combattants du mouvement allié Amal, ont pris le contrôle de plusieurs bureaux du Courant du Futur de Hariri dans la partie occidentale de Beyrouth. Ils les ont remis à l’armée libanaise, qui tente de jouer un rôle neutre dans la crise.

Les combattants du Hezbollah ont également resserré leur emprise sur les axes routiers menant à l’aéroport international de Beyrouth, pratiquement paralysé depuis mercredi. La compagnie aérienne nationale Middle East Airlines a annoncé le report de tous ses vols prévus d’ici samedi.

« Le Hezbollah domine la majeure partie de Beyrouth-Ouest », souligne Paul Salem, directeur du Carnegie Middle East Center à Beyrouth. « Cela affaiblit le gouvernement et le Courant du Futur », ajoute-t-il.

Les violences ont débuté lorsque le gouvernement a déclaré que le réseau de communication* mis en place par le Hezbollah constituait une atteinte à la souveraineté nationale.

Jeudi, cheikh Sayyed Hassan Nasrallah, avait accusé en réponse le gouvernement de lui avoir « déclaré la guerre ». Pour le Hezbollah, unique milice à avoir été autorisée à conserver ses armes après la fin de la guerre civile pour lutter contre l’occupation israélienne dans le sud du pays, ce réseau parallèle de communications fait partie intégrante de ses structures de sécurité.

Israël s’est retiré en 2000 et le sort de l’appareil militaire du Hezbollah est depuis au coeur de la crise politique libanaise.

Saad al Hariri a répondu à Nasrallah en proposant un plan de sortie de crise qui qualifierait de « malentendu » la décision prise par le gouvernement de démanteler le réseau de communications du Hezbollah.

Le Hezbollah, selon sa chaîne de télévision Al Manar, a immédiatement rejeté cette proposition, précisant qu’il s’en tenait aux conditions fixées par Nasrallah.

A New York, le Conseil de sécurité des Nations unies a lancé un appel « au calme et à la retenue » dans une déclaration politique n’ayant pas valeur contraignante. A Ryad, l’Arabie saoudite a réclamé de son côté la tenue d’une réunion d’urgence des ministres arabes des Affaires étrangères pour discuter de la crise.

Voir également Evolution de la situation au Liban heure par heure

>Liban : la France appelle à la retenue et renouvelle son soutien au gouvernement

vendredi, mai 9th, 2008 par Clovis Casadue

La France appelle jeudi soir « à la retenue dans les déclarations comme dans les actes et à la reprise du dialogue dans le cadre institutionnel » au Liban, théâtre de violences entre les partisans de la majorité et de l’opposition.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères indique que Paris « réitère son soutien au gouvernement du Liban ainsi qu’à l’armée dans l’exercice de leurs missions et prérogatives constitutionnelles, notamment de préservation de la stabilité et de la sécurité du pays ».

La France « appelle à l’apaisement et à une résolution pacifique de la crise en cours, se traduisant par un retour rapide au calme, notamment par une réouverture des accès à l’aéroport ».

Dans son communiqué, le Quai d’Orsay « réitère son profond attachement à la souveraineté, à l’indépendance et à la stabilité du Liban, ainsi qu’à l’unité du pays du Cèdre dans toutes ses composantes ».

Lire également Hassan Nasrallah : “C’est une déclaration de guerre contre la Résistance et ses armes”

>Quatre morts à Beyrouth après une deuxième journée d’affrontements

vendredi, mai 9th, 2008 par Clovis Casadue

Pour la deuxième journée consécutive, de violents affrontements ont opposé partisans de l’opposition et ceux de la majoité parlementaire dans les rues de Beyrouth, faisant quatre morts et huit blessés, alors que les affrontements sectaires se multipliaient dans plusieurs parties du pays.

Selon des responsables de la sécurité libanaise, une mère et son fils sont morts quand une roquette RPG est tombée sur leur appartement dans le quartier de Ras el-Nabeh durant les affrontements. Huit personnes ont été blessées dans les affrontements, précisait-on de même source. Un homme est mort par balle dans le même quartier.

Un membre des forces de sécurité du Parlement a également été tué près de la résidence du président du Parlement Nabih Berri dans le quartier d’Ein al-Tineh, où les combats ont duré plusieurs heures.

Par ailleurs, une autre femme a été tuée par une balle perdue après des tirs de réjouissances dans la banlieue sud de Haret Hreik après un discours du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah.

Les combats se sont intensifiés après que le chef du Hezbollah eut menacé de représailles immédiates contre toute attaque contre le mouvement. « Ceux qui tentent de nous arrêter, nous les arrêterons. Ceux qui nous tirent dessus, nous leur tirerons dessus. La main levée contre nous, nous la trancherons », avait lancé Hassan Nasrallah lors d’une conférence de presse retransmise en direct à la télévision depuis le lieu où il se cache.

Jeudi, dans la vallée de la Bekaa (est), les partisans des deux parties ont échangé des coups de feu dans le village de Saadnayel. Ceux du gouvernement ont fermé les principaux axes en faisant brûlé des pneus. A Masnaa, un petit groupe a réussi à bloquer le poste-frontière entre la Syrie et la capitale, ont affirmé des témoins.

Dans la capitale, les habitants se sont réveillés jeudi matin avec de nouvelles lignes de démarcation faites de pneus brûlés et de rues bloquées. Certaines rues restaient fermées et la circulation était faible dans les quartiers ouest de la ville. Dans banlieues est, la vie continuait et les écoles fermées mercredi avaient rouvert leurs portes.

L’armée a déployé des véhicules blindés sur les routes principales et les points de friction, avec des points de contrôle pour procéder à des fouilles des véhicules.

Lire également Hassan Nasrallah : “C’est une déclaration de guerre contre la Résistance et ses armes”

>Réaction du Hezbollah à la dernière démarche américaine

samedi, mai 3rd, 2008 par Clovis Casadue

« Enregistrer le nom du Mouvement de la Résistance islamique du Liban, Hezbollah, sur la liste américaine des groupes terroristes fait l’honneur « , a réagi le Hezbollah libanais au rapport du département d’Etat américain lequel qualifie de terroriste ce Mouvement libanais.  » La Maison Blanche s’est permis dans ce rapport de juger modérés, les nations, les pays et les mouvements qui s’alignent sur sa politique et terroristes ceux qui réfutent les projets américains ». Souligne le texte. Selon le communiqué du Hezbollah, l’Amérique est elle-même à l’origine du terrorisme mondial, elle n’a pas donc le droit de se prononcer à ce propos.  » Les Etats-Unis qui ont mis sous pression les nations, et qu’ils obligent même leurs citoyens de payer le lourd prix de leurs politiques sanguinaires, ils n’ont pas le droit de parler du nationalisme et du terrorisme ». Constate le Hezbollah dans son communiqué.

Le Hezbollah dénonce « la guerre déclarée par les USA » à l’opposition libanaise

vendredi, mars 7th, 2008 par Clovis Casadue
Une dépêche de l’ANI a indiqué que suite à une réunion avec un responsable de l’ambassade suisse, le responsable aux affaires internationales, Nawaf Moussaoui a accusé les USA de déclarer une guerre à l’opposition libanaise et à vouloir contrôler le Liban suite au déploiement de 2 navires de guerres dans les eaux internationales à proximité du Liban et de la Syrie.

Il indique que « l’opposition a réussi à vaincre l’agression militaire israélienne et a empêché l’hégémonie américaine sur le Liban » et déclare que l’opposition sera capable de faire face à toute agression politique ou autre avant de dénoncer la situation actuelle à Gaza ou l’armée israélienne et le Hamas se font militairement face.

L’épouse de Moghniyé dément avair porté des accusations contre un Etat Arabe

jeudi, mars 6th, 2008 par Clovis Casadue

Saada Badreddine, l’épouse du chef militaire du Hezbollah, Imad Moghniyé, assassiné le 12 février à Damas, a démenti avoir porté des accusations contre un État arabe dans la mort de son mari. Dans sa déclaration, Mme Moghniyé a affirmé que tout ce qui a été dit en son nom dans les médias à ce sujet est une pure invention et vise à détourner l’enquête du véritable auteur de l’attentat, qui est l’ennemi sioniste.

Source : Al-Jazeera

Deux nouveaux bâtiments de l’US Navy croisent au large du Liban

mercredi, mars 5th, 2008 par Clovis Casadue
es Etats-Unis ont remplacé au large des côtes du Liban le contre-torpillleur « USS Cole » par deux autres bâtiments de l’US Navy, le croiseur « USS Philippine Sea » et le contre-torpilleur « USS Ross », a annoncé mardi la marine de guerre américaine.

En outre, un troisième bâtiment, chargé du ravitaillement, continue de croiser dans la région, invisible du littoral libanais comme les deux autres navires de l’US Navy, a précisé un responsable sous le sceau de l’anonymat.

La présence de la marine de guerre américaine au large du pays du Cèdre a pour objectif d’affirmer le soutien de Washington au Liban face à son ancien « tuteur » syrien.

Le Liban traverse depuis 16 mois une crise politique majeure provoquée par la persistance de désaccords entre la majorité pro-occidentale et l’opposition prosyrienne, emmenée par les chiites du Hezbollah, sur la composition d’un futur gouvernement.

Bush veut imposer des sanctions contre la Syrie à cause de son rôle corrupteur au Liban et en Irak

vendredi, février 29th, 2008 par Clovis Casadue
Le secrétaire d’Etat adjoint chargé des Affaires politiques américaines M. Nicolas Burns a fait part de la détermination de son pays à poursuivre l’imposition des sanctions contre la Syrie à cause de son rôle corrupteur au Liban et en Irak.

Estimant que Damas doit se rendre compte de la nécessité de jouer un rôle positif au Moyen-Orient, M. Burns a signalé la préoccupation de son pays à la vue de ce qu’il a qualifié « d’ union » entre la Syrie et l’Iran visant à appuyer les pires organisations terroristes comme le Hezbollah selon ses dires, ajoutant que la présence syro-iranienne dans la région est contre les espoirs et le rêve d’une démocratie et de l’indépendance au Liban.

Nasrallah: Washington « alarmé »

jeudi, février 14th, 2008 par alyusi

Les Etats-Unis se sont déclarés « alarmés » par la déclaration de « guerre ouverte » lancée jeudi par le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah à Israël, responsable selon lui de l’assassinat de l’un de ses dirigeants mardi à Damas.

« Chaque fois qu’une organisation terroriste menace une démocratie, un membre des Nations unies, cela devrait inquiéter toutes les nations civilisées du monde », a déclaré à la presse le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack.
« De façon générale, les déclarations de ce genre sont très inquiétantes et elles devraient alarmer tout le monde », a-t-il ajouté, soulignant que le Hezbollah « a une longue histoire de violence et de terrorisme partout dans le monde ».

Vidéo du discours de Nasrallah sur MecanopolisBlog

Hassan Nasrallah : 10 jours pour résoudre la crise au Liban, ou bien…

vendredi, janvier 4th, 2008 par alyusi

Secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, a déclaré que la crise au Liban sera résolue que si l’opposition représente plus d’un tiers des sièges le gouvernement d’unité. Il a attiré l’attention sur les Etats-Unis comme le principal élément faisant obstacle à un accord au Liban.

Hassan Nasrallah a indiqué dit que si la crise n’était pas résolue dans les 10 jours, l’opposition déciderait des mesures à prendre. Il a également ajouté que si le gouvernement d’Al-Siniora reprenait le pouvoir présidentiel, l’opposition prendrait « des mesures civiles légitimes, et qu’il ne pouvait pas garantir que ses partisans ne descendent pas dans la rue. »

Le quotidien libanais Al-Akhbar, proche du Hezbollah, a indiqué que l’opposition avait un «plan d’action», dont les détails ne sont pas révélé, contre le gouvernement d’Al-Siniora.

Une rumeur fait état d’un qui consisterait à la fermeture du pays, des aéroports et des ports, la mise en scène d’une grande manifestation en face de l’ambassade américaine à Beyrouth, et le blocage des routes principales.

Sources: Ghaliboun.net, le 2 janvier 2008, Al-Mustaqbal, Al-Akhbar, Liban, le 3 janvier 2008