Archives du tag ‘DST

Filière irakienne : un Français en garde à vue à la DST

dimanche, février 17th, 2008 par alyusi
Un Français de 26 ans, soupçonné d’appartenir à la filière irakienne du XIXe arrondissement de Paris accusée d’avoir recruté et envoyé des jihadistes vers l’Irak, a été placé en garde à vue jeudi par la Direction de la surveillance du territoire (la DST) à son retour en France, selon une source proche du dossier. Au terme de sa garde à vue, il devrait être présenté au parquet anti-terroriste dimanche matin.

Les juges antiterroristes Philippe Coirre et Jean-Marc Trévidic ont clos leur instruction sur cette affaire fin novembre et sept personnes sont renvoyées devant le tribunal correctionnel. Toutes sont poursuivies pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». Un chef d’accusation passible de 10 ans de prison. Le cas du jeune Français en garde à vue a été disjoint.

Condamné à 15 ans de prison en Irak, il s’est évadé

Venant de Damas, il a lui-même « souhaité son retour » et est « heureux d’être de retour sur le territoire », a commenté son avocat, en confirmant une information du Monde. Arrêté à Falloujah en Irak en décembre 2004 par les forces américaines, il avait été placé en détention provisoire dans différents camps, dont celui d’Abou Ghraib. Il avait été condamné à 15 ans de prison le 3 juillet 2006 par le tribunal correctionnel de Bagdad. Il affirme avoir été victime de tortures de la part d’officiers américains lorsqu’il était détenu à Abou Ghraib. Son avocat a d’ailleurs déposé une plainte à Paris pour notamment séquestration, détention arbitraire et torture.

Transféré à la prison de Badouche, il s’était évadé en mars 2007, à la faveur d’une attaque de combattants islamistes. Depuis, il vivait en Syrie, selon une source proche du dossier. « Il va pouvoir témoigner des conditions de sa détention et des actes de tortures qu’il a subis de la part d’officiers américains » à la prison d’Abou Ghraib, a fait valoir son avocat.

L’enquête sur la filière irakienne avait débuté en septembre 2004 à la suite de l’identification d’un jeune Français originaire du XIXe arrondissement, tué deux mois plus tôt à Falloujah lors de bombardements américains.

L’ancien patron de la DST accuse les Etats-Unis de semer la division au Liban

samedi, février 16th, 2008 par alyusi
Dans une interview à l’hebdomadaire Al-Intiqad, Yves Bonnet – ancien directeur de la DST – a déclaré que trois pays veulent mettre les pieds au Liban : les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite et Israël.
La coopération saoudo-israélienne s’exerce, dit-il, par l’intermédiaire des « des gens de David Welch » – secrétaire d’État adjoint américain pour le Moyen-Orient – sur Walid Joumblatt, Samir Geagea, Saad Hariri et Fouad Siniora. Il accuse les Etats-Unis de favoriser les divisions parce qu’elle « servent les intérêts d’Israël ».
Lire l’interview d’Yves Bonnet sur MecanopolisBlog

Terrorisme : multiplication de menaces confirmant le niveau de risque encouru par la France

jeudi, janvier 17th, 2008 par alyusi

La multiplication des menaces terroristes contre la France ou ses intérêts, notamment via internet, confirme le niveau de risque encouru et accroît la masse de travail des services de renseignement, mais n’entraîne pas une élévation du dispositif de sécurité déjà important, selon les spécialistes interrogés par l’AFP.

A preuve : « le gouvernement n’a pas jugé utile d’élever le degré du +Plan Vigipirate+, qui reste au niveau rouge », soulignaient vendredi ces spécialistes du renseignement, sous couvert de l’anonymat.

Même s’il en est déjà à son stade le plus haut (rouge), cela dure « depuis plusieurs mois », ajoutaient-ils, des modulations restent possibles sans passer au niveau supérieur.

« Il y a des rouges plus foncés que d’autres », remarquait l’un d’eux, le stade actuel « tirant davantage sur l’incarnat plutôt que sur le cramoisi ».

Toutefois, depuis l’assassinat de quatre ressortissants français en Mauritanie aboutissant à l’annulation de l’édition 2008 du rallye Dakar, d’autres menaces ont été proférées.

Sur un site internet, « Al-Ekhlass », parfois utilisé par Al-Qaïda, des messages ont évoqué la possibilité de s’en prendre à des personnalités comme le maire de Paris, Bertrand Delanoë, pour « faire tomber (le président) Sarkozy ».

La protection par le Service de protection des hautes personnalités (SPHP) dont jouissait déjà l’édile de la capitale a été renforcée.

Des lieux sont aussi évoqués comme cibles potentielles, tels que la Tour Eiffel (déjà choisie par les pirates de l’air islamistes de l’Airbus d’Alger à Noël 1994 pour y précipiter l’appareil avant d’être tués par le GIGN à Marseille), ou le quartier de la Défense.

Si ces menaces « ne peuvent être balayées d’un simple revers de main », notait-on récemment au sein d’un service spécialisé, elles ne sont cependant pas considérées comme « fondamentalement » inquiétantes.

Pas davantage la conversation sur ondes courtes captée jeudi au Portugal, révélée par le Monde daté de samedi, évoquant un attentat contre la Tour Eiffel, dont le contenu a été transmis à la France par les autorités portugaises.

Mais, comme ce message faisait état d’une « explosion dans X minutes » (en réalité, « moins de cinq », selon une source policière), la menace a fait long feu.

En revanche, les services français prennent très au sérieux celle que représente « Al-Qaïda-Maghreb », à l’origine d’une série de récents attentats sanglants à Alger, alors qu’un réseau logistique au bénéfice exclusif des terroristes algériens a été démantelé par la DST en décembre dernier.

La récente « tournée » qu’a effectuée le directeur du renseignement, Bernard Squarcini, de l’autre côté de la Méditerranée, « coïncidence dans le temps », dit-on de source policière, puisque prévue de longue date, est quand même arrivée à point nommé.

Elle « faisait partie des rencontres normales entre responsables de services d’un pays à d’autres », a-t-on assuré vendredi au ministère de l’Intérieur où l’on se félicite des bonnes relations existantes : « on travaille très très bien avec eux ».

 

La France est en « état d’alerte permanent » face aux menaces terroristes

samedi, janvier 12th, 2008 par alyusi

Le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, a affirmé hier que la France est en « état d’alerte permanent » face aux menaces terroristes. « Nous sommes en état d’alerte permanent », a indiqué M. Kouchner sur les ondes de la radio Europe 1, soulignant la nécessité « d’affaiblir le terrorisme international ».

Cette déclaration est venue au moment où les ministères français de l’Intérieur et de la Justice, ainsi que les services de la DST prennent au sérieux les menaces contre la France diffusées sur un site Internet proche des groupes terroristes. Les évènements qui se sont produits ces derniers temps, la mise en place de « Vigipirate rouge », mais surtout les déclarations faites par de hauts responsables français et des experts de la Direction de la surveillance du territoire (DST), relayées par des médias, confirment les inquiétudes de Kouchner.

Dans ce cadre, le rallye Paris-Dakar, créé depuis 1978, a été annulé pour la première fois sous le double argument des « menaces directes lancées contre la course par des mouvances terroristes » et de la sécurité, suite à l’exécution de quatre touristes français en Mauritanie. Cet attentat, suivi de menaces, a poussé le ministre français des Affaires étrangères, M. Bernard Kouchner, à demander l’annulation du rallye Paris-Dakar. Cette situation a d’ailleurs inspiré certains écrits journalistiques, à l’exemple de Libération qui a relevé qu' »il n’est plus possible de traverser l’immense et magnifique Sahara algérien, pas plus qu’il n’est désormais envisageable de passer au Niger, au nord du Mali, au Tchad et, donc, en Mauritanie ». Et, aux dires du Figaro du 11 janvier, c’est dans ce contexte que des responsables de la police française se sont rendus dans plusieurs pays maghrébins pour relancer la coopération antiterroriste.

Un ex-responsable de la lutte antiterroriste de la DST (1998 à 2004), Louis Caprioli, a signalé que la Direction du contre-espionnage est en possession d’un « ensemble de déclarations qui génèrent une légitimité pour commettre des actes terroristes contre les Français ».

Le conseiller du groupe de gestion et d’analyse des risques Geos n’a pas exclu un retour des attentats terroristes des années 1990. Dans une interview accordée au Figaro et publiée le 10 janvier dernier, il a fait part d’une « montée en puissance » des menaces terroristes contre « les intérêts français », rappelant dans le même temps que « la France ne cesse d’être attaquée dans tous les discours islamistes radicaux ».

M. Caprioli a, en outre, révélé que les terroristes ont des soutiens en France. « Ces dernières années, ces islamistes s’étaient éloignés de l’Algérie pour se tourner vers le djihad afghan. Ils sont visiblement revenus à leurs premières amours et à leur haine de la France », a-t-il précisé, en avisant de la découverte, par la DST, d’un réseau logistique « exclusivement dédié aux maquis algériens ».

Pour mieux lutter contre le terrorisme, les services de la DST ont renforcé davantage leurs liens avec les services étrangers, notamment les services algériens. « Je crois que l’Algérie et la France ont donné l’exemple en matière de coopération et de coordination sécuritaire. Les deux parties doivent tout faire pour que cela continue ». « C’est une question vitale pour tous, aussi bien pour la France que pour l’Algérie », a déclaré récemment l’ancien patron de la DST, Yves Bonnet. Ce dernier a, en outre, plaidé pour la prise des mesures rapidement car, a-t-il expliqué, « il y a des pays qui soutiennent et financent le terrorisme, en particulier ceux du Golfe, à l’instar de l’Arabie Saoudite ».