Archives du tag ‘Etats-Unis

L’Iran nie que ses banques aient été engagées dans des activités illégales

dimanche, août 17th, 2008 par Clovis Casadue

L’Iran a rejeté vendredi les accusations portées par la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis selon lesquelles ses banques financeraient le terrorisme et favoriseraient un programme nucléaire illégal.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a imposé un ensemble de sanctions limitées contre l’Iran, en relation avec son programme d’enrichissement d’uranium. La mesure comprend la surveillance des opérations financières des banques Melli et Saderat.

Ce mois-ci, Washington, Londres et Paris ont averti dans une lettre au Conseil de sécurité que des établissements bancaires iraniens essayaient de contourner les sanctions en réalisant des transactions secrètes.

L’Iran a rejeté cette accusation, affirmant que « les banques iraniennes n’ont jamais été impliquées dans aucune activité illicite (…) puisqu’il n’y a pas d’activités nucléaires non pacifiques en Iran ».

Téhéran a également qualifié de « sans fondement et absurde » l’accusation selon laquelle les banques iraniennes serviraient à financer des activités terroristes, affirmant y voir « une tentative injustifiable visant à dissuader les autres de traiter avec des banques iraniennes ».

« La tentative des trois pays de restreindre les activités des banques iraniennes vise non seulement à exercer une pression injustifiée sur le gouvernement iranien, mais aussi à perturber les affaires et les financements de millions de déposants et de consommateurs », a estimé l’ambassadeur iranien en second auprès des Nations unies, Mehdi Danesh-Yazdi, dans un courrier.

La semaine dernière, l’Union européenne a renforcé ses sanctions commerciales, et la France a estimé qu’il faudrait regarder avec prudence les groupes faisant des affaires avec les banques d’Iran.

Ossétie du Sud: Washington fait obstacle aux opérations russes

lundi, août 11th, 2008 par Clovis Casadue

Les Etats-Unis font obstacle à l’opération de maintien de la paix en Ossétie du Sud, en transférant par voie aérienne le contingent géorgien en provenance d’Irak, a déclaré lundi à Moscou le premier ministre russe Vladimir Poutine.

« Il est dommage que certain de nos partenaires tentent d’empêcher nos opérations. Je parle des Etats-Unis qui ont mobilisé leurs avions de transport militaire pour transférer le contingent géorgien en Irak vers la zone du conflit », a-t-il affirmé en conseil des ministres.

L’aviation de transport américaine a entamé lundi le transfert de 2.000 soldats géorgiens déployés en Irak vers la zone du conflit osséto-géorgien où les hostilités ont éclaté vendredi dernier.

Le test balistique de l’Iran a amené Washington à modifier sa position

vendredi, juillet 11th, 2008 par Clovis Casadue

Suite au test des missiles balistiques de l’Iran lors d’un exercice militaire dans la zone du golfe Persique, les autorités américaines ont modifié leur position vis-à-vis d’intervention militaire contre l’Iran. Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates a déclaré jeudi que les Etats-Unis n’ont pas l’intention de recourir aux moyens non diplomatiques à l’égard du dossier nucléaire iranien. Par ailleurs, la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice a déclaré pour sa part que Washington va essayer de trouver une solution diplomatique pour ce dossier. Rice a annoncé qu’elle est prête à négocier avec son homologue iranien. L’Iran a testé mercredi les missiles Shahab 3 avec une portée de 2000 kilomètres, et plusieurs autres missiles balistiques de portée moyenne.

> Pour Ahmadinejad, le 11-septembre était un « prétexte » pour des invasions

mercredi, avril 9th, 2008 par Clovis Casadue

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a accusé mardi les Etats-Unis d’avoir utilisé les attentats du 11-Septembre comme un « prétexte » pour leurs interventions en Afghanistan et en Irak, et a mis en doute le caractère terroriste de ces attaques.

« Sous prétexte de cet incident, le plus lourd déplacement de troupes a été organisé vers notre région et le pauvre Afghanistan a été attaqué et des dizaines de milliers de personnes ont été tuées jusque-là », a-t-il dit dans un discours transmis en direct à la télévision.

« Le pauvre Irak a été attaqué et selon les rapports officiels plus d’un million d’Irakiens, des jeunes, des enfants et des vieux, ont été tués », a ajouté M. Ahmadinejad pour qui seul le départ des troupes américaines peut contribuer à diminuer les violences dans ce pays.

Le 11 septembre 2001, quatre avions détournés par des membres du réseau Al-Qaïda ont fait 2.979 morts au total. Deux appareils avaient percuté le World Trade Center à New York, un troisième s’était écrasé en Pennsylvanie après une lutte entre les passagers et les pirates de l’air, le quatrième avait été projeté sur le Pentagone à Washington.

« Comment est-il possible que sous le contrôle des radars les plus perfectionnés et des réseaux de renseignements les avions puissent se déplacer sans coordination avec ces réseau et heurtent les tours? », a demandé le président, mettant en doute le caractère terroriste de l’attentat de New York.

Il a aussi mis en doute le bilan de ces attaques, déclarant: « On a dit que 3.000 personnes ont été tuées. On est tous devenu tristes, même si les noms des 3.000 personnes n’ont jamais été publiés ».

M. Ahmadinejad s’exprimait devant un parterre de responsables iraniens et d’ambassadeurs étrangers conviés à Téhéran à la célébration de la « Journée nationale de la technologie nucléaire », alors que les grandes puissances exigent de l’Iran une suspension de son programme nucléaire controversé.

Le président iranien avait promis des annonces majeures dans ce domaine, mais n’a mentionner que les essais d’un nouveau type de centrifugeuses pour l’enrichissement d’uranium, déjà rapporté dans un récent rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Le président iranien a aussi accusé les Etats-Unis et les grandes puissances de créer des conflits dans le monde pour leurs propres intérêts.

« En Afrique, pour piller les ressources, ils créent un conflit entre les tribus et tuent plus de 800.000 personnes », a-t-il dit, sans autres précisions sur la nature de ce conflit.

>La déclaration du Général Petraeus devant le Congres US pourrait être le signal d’une attaque sur l’Iran

mardi, avril 8th, 2008 par Clovis Casadue

Le 5 avril, le Télégraph de Londres (Quotidien britannique ndlt) a rapporté que «des responsables britanniques ont lancé l’alerte hier que le commandant américain en Irak déclarera que l’Iran mène une guerre contre le gouvernement de Bagdad soutenu par les US. « Une déclaration forte du Gl David Petraeus sur l’intervention de l’Iran en Irak pourrait paver la voie à une attaque US sur des installations militaires iraniennes, selon une estimation du Whitehall.»

Le Général Petraeus s’exprimera le 8 avril devant le Congrès américain.

Oussama ben Laden est en bonne santé, affirme Ayman al-Zawahiri

samedi, avril 5th, 2008 par Clovis Casadue

Le numéro un de la nébuleuse Al Qaïda, Oussama Ben Laden, est en bonne santé et les rumeurs sur ses problèmes de santé sont fausses, a affirmé Ayman al-Zawahiri, son adjoint, dans un enregistrement diffusé mercredi sur un site internet islamiste.

« Le cheikh Oussama ben Laden est en bonne santé », dit-il en réponse à des questions qui lui avaient été soumises via internet. « Les individus mal intentionnés cherchent toujours à faire circuler de fausses informations voulant qu’il soit malade », ajoute-t-il.

Les internautes avaient été invités à interroger directement le bras droit d’Oussama ben Laden en décembre sur des sites liés à l’organisation.

Dans ses réponses, le numéro deux du réseau Al Qaïda, qui se trouverait actuellement en clandestinité, comme Ben Laden, quelque part en Afghanistan ou au Pakistan, a dénoncé les Nations unies et juré que des attentats seraient commis contre des Juifs à l’intérieur comme en dehors d’Israël.

« Les Nations unies sont l’ennemi de l’islam et des musulmans », déclare-t-il. « Elles ont légalisé la création de l’Etat d’Israël et la saisie des terres des musulmans (…) Elles ont légalisé la présence des croisés en Afghanistan (…) et en Irak », poursuit-il dans l’enregistrement audio d’une durée de 104 minutes.

Il a défendu le bien-fondé des attentats commis contre des bureaux des Nations unies, allusion semble-t-il aux attaques contre des bâtiments de l’Onu à Alger qui ont fait 41 morts en décembre dernier, et contre les locaux de l’Onu à Bagdad en août 2003, qui avaient fait 22 morts, dont Sergio Vieira de Mello, représentant de l’Onu en Irak.

Zawahiri a également appelé à des attaques contre les Juifs. « Nous promettons à nos frères musulmans que nous ferons tout ce que nous pouvons pour frapper des Juifs en Israël et à l’étranger, avec l’aide et la bénédiction de Dieu ».

Al Qaïda se consacrera à la lutte contre Israël après avoir « remporté » la guerre en Irak contre les forces gouvernementales irakiennes et américaines, a-t-il dit, ajoutant que les Etats-Unis avaient commencé à s’effondrer.

« LES EMPIRES NE S’EFFONDRENT PAS EN UNE MINUTE »

« Le mythe d’un monde unipolaire n’existe plus. Les frappes (du 11 septembre 2001) contre New York et Washington sont les signes identificateurs de cette chute mais les empires ne s’effondrent pas en une minute et cela pourrait prendre des dizaines d’années. L’effondrement de l’Union soviétique en est le plus récent exemple », a dit Zawahiri.

L’activiste égyptien a de nouveau appelé les musulmans à renverser les gouvernements alliés des Occidentaux et à attaquer les intérêts occidentaux et israéliens dans les pays musulmans.

« Nous appelons la population en Egypte et dans d’autres parties (du monde musulman) à frapper les croisés et les intérêts juifs où qu’ils soient pour forcer les envahisseurs à quitter le sol musulman et à cesser de soutenir des gouvernements corrompus », peut-on entendre dans l’enregistrement.

« La sévérité de la répression pourrait retarder le changement mais elle ne pourra pas l’empêcher (…) l’important est de se préparer au changement, d’être patient, déterminé à faire des sacrifices et de saisir les opportunités », poursuit le document.

Zawahiri a également appelé les musulmans à rejoindre les combattants « sur les théâtres ouverts du djihad tels que la Somalie, l’Irak, l’Algérie et l’Afghanistan » ou de les soutenir en leur apportant de l’argent ou des informations.

Il a par ailleurs justifié les attaques meurtrières d’Al Qaïda en Irak et au Maghreb qui tuent des civils. « Nous ne tuons pas les innocents. Nous combattons ceux qui tuent les innocents: les Américains, les Juifs, les Russes, les Français et leurs agents ».

La plupart des questions collectées depuis décembre étaient très critiques des agissements d’Al Qaïda. D’autres demandaient des renseignements pour rejoindre le djihad.

Zaouahri a précisé qu’il répondrait à d’autres questions lors d’une deuxième intervention.

Mahmoud Ahmadinejad débute aujourd’hui la première visite d’un président iranien en Irak

dimanche, mars 2nd, 2008 par Clovis Casadue

Le président Mahmoud Ahmadinejad se rendra dimanche en Irak, la première visite d’un chef d’Etat de la République islamique dans le pays. Outre son aspect historique, ce déplacement symbolise également l’influence grandissante de Téhéran dans la région.

M. Ahmadinejad devait arriver dimanche matin à l’aéroport de Bagdad, et se rendra ensuite au quartier général du président irakien Jalal Talabani dans la Zone verte de la capitale.

A la veille de sa visite, le président iranien s’est voulu rassurant à l’égard des Irakiens, réfutant les allégations répétées des Etats-Unis selon lesquelles Téhéran s’immisce dans les affaires du pays et alimente la violence entre milices chiites.

« L’Iran n’a aucun besoin d’intervenir en Irak. (L’Iran) est ami avec tous les groupes en Irak. N’est-il pas ridicule que ceux qui ont déployé 160.000 soldats en Irak nous accusent d’y intervenir », a-t-il demandé, selon des propos diffusés par l’agence de presse publique IRNA.

Durant sa visite de deux jours en Irak, le président iranien doit rencontrer son homologue et le Premier ministre Nouri al-Maliki. Ces derniers ont tous deux effectué des visites officielles en Iran depuis leur prise de fonction.

Les relations entre les deux pays, qui se sont livrés une sanglante guerre qui a duré huit ans (1980-1988) et fait plus d’un millions de morts ou blessés dans chaque camp, se sont améliorées depuis la chute de Saddam Hussein en 2003.

La majorité chiite irakienne (60%) de la population, est sortie de décennies de marginalisation pour devenir la force dominante du nouvel Irak. Nombre de hauts responsables chiites irakiens ont vécu en exil en Iran pendant les 35 années du régime baasiste, et ont gardé des liens avec les dirigeants iraniens.

Irak : George W. Bush refuse de s’engager sur des retraits de troupes supplémentaires avant la fin de son mandat

dimanche, mars 2nd, 2008 par Clovis Casadue

George W. Bush a refusé samedi de réitérer la promesse de membres de son administration sur des retraits anticipés de troupes d’occupation d’Irak avant la fin de son mandat.

D’éventuelles décisions sur le retrait de soldats dépassant les réductions déjà prévues d’ici juillet, devront être basées sur les recommandations des généraux, a déclaré Bush lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen dans son ranch du Texas.

Bush a laissé entendre que des retraits de troupes supplémentaires devraient attendre au moins la fin des élections provinciales prévues en octobre en Irak.

Bush doit quitter la présidence des Etats-Unis au début de l’année 2009.

Un haut responsable de l’administration avait laissé entre vendredi qu’il s’attendait à des réductions d’effectifs en Irak avant la fin de l’année.

USS Cole au Liban : la Syrie fustige la politique américaine au Proche-Orient

dimanche, mars 2nd, 2008 par Clovis Casadue

La Syrie a lancé samedi une violente attaque contre les Etats-Unis, qui ont déployé le navire de guerre USS Cole au large du Liban, accusant Washington de vouloir imposer par la force une solution américaine à la crise politique de ce voisin.

En présence du chef de la Ligue arabe Amr Moussa, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a par ailleurs assuré que « tous les pays arabes » seraient invités au prochain sommet de l’organisation, fin mars à Damas, qui s’annonce délicat du fait de tensions internes.

« La présence du navire de guerre au large du Liban montre que les Etats-Unis oeuvrent pour entraver toutes les solutions politiques » au Liban, a tout d’abord déclaré Walid Mouallem. « Les Etats-Unis ne peuvent pas imposer une solution au Liban », a poursuivi M. Mouallem, s’en prenant vivement à la politique américaine dans la région.

Les relations syro-américaines sont au plus bas alors que Washington accuse Damas d’être responsable de la poursuite de la crise politique au Liban et des violences qui l’accompagnent.

Le ministre syrien a notamment soutenu que Washington n’appuyait pas le plan de la Ligue arabe pour l’élection d’un président au Liban, sans chef d’Etat depuis le 24 novembre.

L’envoi de l’USS Cole est un « message en premier lieu à la mission d’Amr Moussa, au plan arabe et à la Ligue arabe », a encore estimé le ministre syrien, interrogé quant à savoir si Damas était le premier visé par ce déploiement.

Washington a annoncé jeudi avoir déployé l’USS Cole au large du Liban en raison d’inquiétudes sur la situation dans ce pays, qui traverse sa plus grave crise politique depuis la fin de la guerre civile, en 1990.

Interrogé à son tour, le chef de la Ligue arabe Amr Moussa a lui indiqué qu’il s’était entretenu avec le président syrien Bachar al-Assad des « préparatifs » du sommet arabe prévu les 29 et 30 mars à Damas. Nous avons évoqué « les problèmes dangereux qui provoquent les tensions entre pays arabes », a souligné M. Moussa, estimant qu' »un sommet réussi à Damas » était de l’intérêt de tous.

Il s’agira du « premier sommet à Damas depuis la création de la ligue arabe », a avancé Amr Moussa.

Selon des médias arabes, l’Arabie saoudite et d’autres pays membres pourraient boycotter le sommet de Damas, ou envoyer des délégations de bas niveau, si la question du vide présidentiel au Liban n’était pas réglée au préalable.

« Tous les pays arabes seront invités au sommet de Damas. Le Liban y sera représenté », a signalé M. Mouallem, dont le pays avait jusqu’ici lancé des invitations aux Etats arabes à l’exception de l’Arabie saoudite et du Liban. « Tout le monde veut qu’un président soit élu au Liban. L’élection d’un président au Liban est une question importante, de nombreux dirigeants arabes la considèrent comme nécessaire », a lancé M. Moussa.

Amr Moussa a déjà effectué plusieurs missions de médiation à Beyrouth pour tenter de faire adopter un plan arabe qui prévoit l’élection immédiate du chef de l’armée, le général Michel Sleimane, à la présidence, suivie de la formation d’un gouvernement d’union nationale, mais sans minorité de blocage comme le réclame l’opposition, et de l’élaboration d’une nouvelle loi électorale.

L’ancien patron de la DST accuse les Etats-Unis de semer la division au Liban

samedi, février 16th, 2008 par alyusi
Dans une interview à l’hebdomadaire Al-Intiqad, Yves Bonnet – ancien directeur de la DST – a déclaré que trois pays veulent mettre les pieds au Liban : les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite et Israël.
La coopération saoudo-israélienne s’exerce, dit-il, par l’intermédiaire des « des gens de David Welch » – secrétaire d’État adjoint américain pour le Moyen-Orient – sur Walid Joumblatt, Samir Geagea, Saad Hariri et Fouad Siniora. Il accuse les Etats-Unis de favoriser les divisions parce qu’elle « servent les intérêts d’Israël ».
Lire l’interview d’Yves Bonnet sur MecanopolisBlog

Hassan Nasrallah : 10 jours pour résoudre la crise au Liban, ou bien…

vendredi, janvier 4th, 2008 par alyusi

Secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, a déclaré que la crise au Liban sera résolue que si l’opposition représente plus d’un tiers des sièges le gouvernement d’unité. Il a attiré l’attention sur les Etats-Unis comme le principal élément faisant obstacle à un accord au Liban.

Hassan Nasrallah a indiqué dit que si la crise n’était pas résolue dans les 10 jours, l’opposition déciderait des mesures à prendre. Il a également ajouté que si le gouvernement d’Al-Siniora reprenait le pouvoir présidentiel, l’opposition prendrait « des mesures civiles légitimes, et qu’il ne pouvait pas garantir que ses partisans ne descendent pas dans la rue. »

Le quotidien libanais Al-Akhbar, proche du Hezbollah, a indiqué que l’opposition avait un «plan d’action», dont les détails ne sont pas révélé, contre le gouvernement d’Al-Siniora.

Une rumeur fait état d’un qui consisterait à la fermeture du pays, des aéroports et des ports, la mise en scène d’une grande manifestation en face de l’ambassade américaine à Beyrouth, et le blocage des routes principales.

Sources: Ghaliboun.net, le 2 janvier 2008, Al-Mustaqbal, Al-Akhbar, Liban, le 3 janvier 2008

Enquête criminelle sur l’affaire des vidéos de la CIA

jeudi, janvier 3rd, 2008 par alyusi

Le département américain de la Justice a annoncé mercredi l’ouverture d’une enquête criminelle sur la destruction par la CIA d’enregistrements vidéo d’interrogatoires de suspects arrêtés pour présomption de terrorisme.

« Il y a motif à engager une enquête criminelle sur ce sujet, et j’ai pris les mesures pour lancer cette investigation », a déclaré l’Attorney General (ministre de la Justice) Michael Mukasey dans un communiqué.

La CIA a reconnu le 6 décembre avoir détruit les enregistrements de plusieurs centaines d’heures d’interrogatoire de deux membres présumés d’Al Qaïda, ce qui a soulevé une vague d’indignation sur les bancs démocrates du Congrès et parmi les mouvements de défense des droits de l’homme.

Des techniques pouvant être assimilées à de la torture auraient été utilisées lors de ces interrogatoires.

L’agence centrale du renseignement a annoncé qu’elle « coopérer pleinement à cette enquête », qui a été confiée au procureur fédéral du Connecticut, John Durham.

Selon le directeur de la CIA, Michael Hayden, ces vidéos avaient été enregistrées en 2002 dans le cadre d’un programme secret de détention et d’interrogatoires qui a commencé avec l’arrestation d’un responsable présumé d’Al Qaïda, Abou Zoubaïdah.

Il a justifié leur destruction, en 2005, par le fait qu’elles pouvaient constituer un risque pour la sécurité en permettant d’identifier les personnes chargées de ces interrogatoires.

Les Etats-Unis se sont vu abondamment reprocher par leurs alliés européens et par des organisations de défense des droits de l’homme le recours à certaines méthodes d’interrogatoire, comme la « baignoire » où on fait croire aux personnes interrogées qu’on va les noyer.

Le président George Bush a affirmé à plusieurs reprises que la torture n’avait pas cours aux Etats-Unis mais n’est jamais entré dans le détail des méthodes d’interrogatoire pratiquées.