Archives du tag ‘guerre

Géorgie: La présence des navires américains fait monter les tensions

mardi, août 26th, 2008 par Clovis Casadue
La Russie a estimé que la présence des navires américains dans les eaux côtières géorgiennes était le facteur de la montée des tensions. Selon l’AP, le général Anatoly Nogovitsyn le chef adjoint d’Etat major de l’armée russe a souligné que la présence des bâtiments de guerre américains dans la mer Noire était un facteur de tension. David Kazrashvili, ministre géorgien de la Défense avait déclaré au seuil de l’arrivée des navires américains dans la mer Noire que les habitants de Tbilissi se sentiraient désormais plus en sécurité. Il a estimé que la présence des navires américains signifiait que son pays n’était pas seul face aux éventuelles attaques russes.

Source : Radio Francophone de l’IRIB

Publicités

Géorgie, bouclier anti-missile : regain de tensions entre Russes et Américains

vendredi, août 15th, 2008 par Clovis Casadue

La guerre en Géorgie avait provoqué de vifs échanges entre Moscou et Washington. L’accord en vue entre les Etats-Unis et la Pologne qui accueillera des éléments du bouclier anti-missile américain suscite la colère des Russes.

La guerre entre la Géorgie et la Russie vient déjà de provoquer des tensions entre Moscou et Washington qui réclame un cessez-le-feu immédiat et respecté ainsi que le retrait des forces russes. Ces dernières répliquent en évoiquuant l’éventualité de formateurs militaires américains parmi les soldats georgiens et d’armes américaines, notamment des fusils d’assault M16, découverts en Géorgie.

Pour signifier leur mécontentement, les Etats-Unis ont avancé sur un dossier qui énerve beaucoup la Russie : le déploiement d’un bouclier anti-missile en Europe. Washington est parvenu sur le sujet à un accord avec la Pologne qui va accueillir des éléments de ce bouclier. D’où la colère de Moscou qui estime, selon le chef-adjoint d’état-major russe Anatoli Nogovitsyne, que cet accord avec les Polonais « aggrave davantage » l’état des relations entre les deux pays.

La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a déclaré ce vendredi à Tbilissi, la capitale géorgienne, qu’elle espérait signer « très bientôt » l’accord avec Varsovie sur le déploiement d’éléments du bouclier antimissile américain en Pologne.

Bush déclare soutenir la Géorgie et envoie Rice à Tbilissi

mercredi, août 13th, 2008 par Clovis Casadue

Le président américain George Bush a exprimé son soutien à la Géorgie et a annoncé sa décision d’envoyer la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice en France et à Tbilissi et de confier une mission humanitaire au chef du Pentagone Robert Gates.

« Compte tenu de notre préoccupation, j’ai ordonné des mesures sérieuses pour témoigner notre solidarité au peuple géorgien et pour parvenir à un règlement pacifique du conflit. J’envoie Condoleezza Rice en France où elle rencontrera le président Sarkozy et ensuite à Tbilissi où elle exprimera personnellement le soutien américain au gouvernement démocratique de la Géorgie », a affirmé M. Bush.

Source : RIA Novosti

Saakachvili et Kouchner évacués d’urgence en Géorgie

lundi, août 11th, 2008 par Clovis Casadue

président géorgien Mikheïl Saakachvili et le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner ont été évacués d’urgence, lundi 11 août, en raison de la présence suspecte d’un hélicoptère survolant la ville de Gori, la plus grande ville géorgienne qui se situe à proximité de la province séparatiste géorgienne d’Ossétie du Sud, a constaté un journaliste de l’AFP.
L’hélicoptère, non identifié, a survolé la zone au moment même où Mikheïl Saakachvili et Bernard Kouchnerse s’y trouvaient.
En criant « go go go! », les gardes du corps du président géorgien l’ont alors poussé dans un véhicule tout terrain noir blindé. Bernard Kouchner a lui été évacué dans un autre véhicule. Tous deux sont partis en trombe, selon le journaliste.
Bernard Kouchner s’est rendu à Gori pour y rencontrer des victimes du conflit armé entre la Géorgie et la Russie. Le CICR a annoncé que la situation humanitaire était « très grave » en Ossétie du Sud et en Géorgie.
Le chef de la diplomatie française, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, est en visite en Géorgie pour une mission de médiation. Le président géorgien venait d’annoncer qu’il avait signé un document, soutenu par l’UE, contenant des propositions de paix et qui doit être soumis à la Russie.
Sur le terrain, les combats se poursuivent.

Rogozine réclame une réunion extraordinaire Otan-Russie pour mardi

lundi, août 11th, 2008 par Clovis Casadue

Dmitri Rogozine, représentant permanent de la Russie auprès de l’Otan, a annoncé qu’il avait demandé lundi aux dirigeants de l’Alliance d’organiser mardi une réunion extraordinaire Otan-Russie, au cours d’une conférence de presse à Bruxelles.

Des forces russes pénètrent en territoire géorgien

lundi, août 11th, 2008 par Clovis Casadue

Des forces armées russes sont entrées en territoire géorgien, près de la ville de Senaki, pour empêcher de nouvelles attaques géorgiennes contre l’Ossétie du Sud, a annoncé le ministère russe de la Défense cité par les agences russes.

Ossétie du Sud: Washington fait obstacle aux opérations russes

lundi, août 11th, 2008 par Clovis Casadue

Les Etats-Unis font obstacle à l’opération de maintien de la paix en Ossétie du Sud, en transférant par voie aérienne le contingent géorgien en provenance d’Irak, a déclaré lundi à Moscou le premier ministre russe Vladimir Poutine.

« Il est dommage que certain de nos partenaires tentent d’empêcher nos opérations. Je parle des Etats-Unis qui ont mobilisé leurs avions de transport militaire pour transférer le contingent géorgien en Irak vers la zone du conflit », a-t-il affirmé en conseil des ministres.

L’aviation de transport américaine a entamé lundi le transfert de 2.000 soldats géorgiens déployés en Irak vers la zone du conflit osséto-géorgien où les hostilités ont éclaté vendredi dernier.

Ossétie du Sud: Tskhinvali est sous contrôle des forces russes

lundi, août 11th, 2008 par Clovis Casadue

La Russie a pratiquement achevé son opération visant à contraindre la Géorgie à la paix, la ville de Tskhinvali, capitale de l’Ossétie du Sud séparatiste, étant sous contrôle des soldats de la paix russes, a affirmé lundi à Moscou le président russe Dmitri Medvedev.

« Nous avons terminé une partie notable de l’opération déclenchée en vue de contraindre les autorités géorgiennes à la paix en Ossétie du Sud. La ville de Tskhinvali fait l’objet d’un contrôle renforcé du contingent russe des forces de maintien de la paix », a-t-il affirmé lors d’une rencontre avec le ministre de la Défense Anatoli Serdioukov.

L’armée géorgienne est intervenue dans la nuit du 7 au 8 août dernier en Ossétie du Sud, une des deux républiques séparatistes sur le territoire géorgien qui revendique son indépendance par rapport à Tbilissi, et a pilonné Tskhinvali, la capitale. Les autorités sud-ossètes font état de 2.000 morts parmi les civils, et dix-huit militaires des forces russes de maintien de la paix ont été tués.

Ossétie du Sud: la Russie réagira au transfert d’Irak de militaires géorgiens

lundi, août 11th, 2008 par Clovis Casadue

La direction militaire russe adoptera des mesures adéquates contre le transfert d’Irak de 800 militaires géorgiens, a averti lundi lors d’une conférence de presse à RIA Novosti le chef adjoint de l’Etat-major général des Forces armées russes Anatoli Nogovitsyne.

« Nous sommes prêts à accroître notre contingent (en Ossétie du Sud). Ce sera notre réponse à cette nouvelle donne », a indiqué le général.

Dans le même temps, il a constaté qu’à présent, le rapport des forces dans la zone du conflit osséto-géorgien était équilibré. Selon M. Nogovitsyne, cela s’est produit après le renforcement du contingent de paix russe par des unités de la 58e armée.

« Cela ne se rapporte d’ailleurs qu’aux régions où se déroulent les hostilités », a souligné le général.

Le contingent russe en Ossétie du Sud possède les forces et les moyens nécessaires pour accomplir des tâches dans le cadre de la mission de la paix dans la zone du conflit osséto-géorgien , a indiqué le chef adjoint de l’Etat-major général des Forces armées russes.

Le test balistique de l’Iran a amené Washington à modifier sa position

vendredi, juillet 11th, 2008 par Clovis Casadue

Suite au test des missiles balistiques de l’Iran lors d’un exercice militaire dans la zone du golfe Persique, les autorités américaines ont modifié leur position vis-à-vis d’intervention militaire contre l’Iran. Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates a déclaré jeudi que les Etats-Unis n’ont pas l’intention de recourir aux moyens non diplomatiques à l’égard du dossier nucléaire iranien. Par ailleurs, la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice a déclaré pour sa part que Washington va essayer de trouver une solution diplomatique pour ce dossier. Rice a annoncé qu’elle est prête à négocier avec son homologue iranien. L’Iran a testé mercredi les missiles Shahab 3 avec une portée de 2000 kilomètres, et plusieurs autres missiles balistiques de portée moyenne.

L’Iran a testé le missile sous-marin le plus rapide du monde

vendredi, juillet 11th, 2008 par Clovis Casadue

Les forces navales du Corps des gardiens de la Révolution islamique ont testé avec succès le missile sous marine le plus rapide du monde. Ce missile baptisé « Houte » qui n’a pas d’équivalent étranger se déplace à une vitesse égale à 100 mètres par second. Il est ainsi capable d’atteindre tout type de bâtiment de guerre, du plus performant au plus élémentaire. Après le tir réussi de 9 missiles de longue et moyenne portée mercredi et jeudi, ce nouveau succès consacre l’incontestable capacité défensive de l’Iran. Les forces du corps des Gardiens de la Révolution islamique participent en ce moment même à une série de manœuvres militaires baptisés Le Grand Prophète.

Israel à portée de missile de l’Iran (vidéo)

dimanche, juin 29th, 2008 par Clovis Casadue

Le chef des Gardiens de la Révolution n’a pas hésité à menacer d’utiliser l’arme du pétrole en cas d’attaque contre les sites nucléaires iraniens. « Lorsqu’un pays est attaqué, il est naturel qu’il ait recours à toutes ses capacités contre l’ennemi et notre contrôle du Golfe persique et du Détroit d’Ormuz en font clairement partie », a déclaré le général Mohammad Ali Jafari. Il a ajouté qu’un éventuel conflit armé ferait monter les prix du pétrole, ce qui dissuaderait, selon lui, les ennemis d’attaquer le pays.

L’Iran est le second pays producteur de l’Opep. De même, 40% du pétrole mondial transite par le Détroit d’Ormuz. C’est la première fois qu’un haut responsable militaire iranien menace aussi clairement d’utiliser l’arme du pétrole. Ce qui signifie que les dirigeants iraniens prennent au sérieux les menaces israéliennes contre les installations nucléaires du pays.

>Ankara préparerait une nouvelle incursion en Irak

lundi, mai 5th, 2008 par Clovis Casadue

Deux mois après son intervention terrestre dans le nord de l’Irak, l’armée turque a relancé les opérations, aériennes cette fois, contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Il y a dix jours, l’aviation a mené deux raids dans les montagnes nord-irakiennes où se trouve le quartier général de cette organisation qualifiée de terroriste par Ankara, Washington et Bruxelles.

Samedi, l’état-major turc a confirmé avoir de nouveau pilonné la zone dans la nuit de jeudi à vendredi, durant trois heures. Cette fois, ce sont les monts Qandil, situés à la frontière de l’Iran, qui ont été visés. Plus de 150 «terroristes» y auraient été tués, dont certains haut gradés. Ces raids «réussis» auraient atteint leurs cibles et créé «une grande panique» au sein de l’organisation. «La lutte contre le terrorisme a eu des résultats très positifs cette année, a commenté le numéro deux de l’armée turque, le général Basbug. L’organisation terroriste est dans un état de confusion et de trouble.»

>Israël menace de détruire l’Iran en cas d’attaque

lundi, avril 7th, 2008 par Clovis Casadue

Israël adoptera « une riposte dure » et détruira l’Iran si Téhéran lance une attaque contre l’Etat hébreu, a affirmé lundi le ministre israélien des Infrastructures, Benyamin Ben Eliezer, cité par les médias.

« L’Iran ne va pas s’empresser de nous attaquer car ils comprennent la signification d’un tel acte. Une attaque iranienne contre Israël déclenchera une riposte dure qui provoquer la destruction de la nation iranienne », a affirmé M. Ben Eliezer, membre du cabinet de sécurité, selon les radios israéliennes.

M. Eliezer a fait ces déclarations, d’une rare virulence, à l’occasion d’une réunion à son ministère organisée dans le cadre du plus grand exercice de défense passive de l’histoire d’Israël qui a débuté dimanche.

« Les Iraniens sont conscients de notre force mais continuent de nous provoquer en armant leur allié syrien et (la milice libanaise) du Hezbollah; nous devons y faire face », a ajouté le ministre.

Israël, seule puissance nucléaire du Proche-Orient, accuse l’Iran, dont le président Mahmoud Ahmadinejad a ouvertement appelé à « rayer » Israël de la carte, de vouloir se doter de l’arme nucléaire sous couvert de programme civil. Téhéran dément ces accusations et refuse de renoncer à son programme nucléaire malgré trois trains de sanctions votés par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Concernant l’exercice de défense passive en cours dans le pays, le ministre a ajouté: « Cet exercice n’est pas un scénario imaginaire. La réalité dans le futur pourrait être plus grave que ce qu’on l’on imagine aujourd’hui ».

« Nous nous trouvons face à une réalité où les civils se retrouvent sur la ligne de front. Dans une guerre future, il sera plus sûr de vivre à Naharya et Shlomi (dans le nord d’Israël) qu’à Jérusalem et Tel-Aviv car j’imagine que des centaines de roquettes peuvent s’abattre sur Israël », a encore dit le ministre.

Assurant qu’il fallait se « préparer aux pires scénarios », il a toutefois assuré que l’exercice de défense passive « n’est en aucune manière une menace contre nos voisins mais uniquement une préparation à toute éventualité ».

Selon un rapport confidentiel mais publié le 24 mars par le quotidien israélien Yédiot Aharonot, une pluie de missiles tirés par le Hezbollah chiite libanais et l’Iran s’abattrait sur Tel-Aviv et sa région en cas d’une guerre hypothétique avec Israël.

Le rapport a été rédigé par l’Administration pour l’économie d’urgence, un bureau gouvernemental chargé des situations d’urgence, et transmis aux ministères concernés ainsi qu’aux collectivités locales.

« Des centaines de morts, des milliers de blessés, des tirs de barrage de missiles contre la région de Tel-Aviv, paralysie totale de l’aéroport international Ben Gourion, axes routiers bombardés sans relâche, effondrement du système d’adduction d’eau, longues coupures d’électricité: c’est ce qui se passera durant la prochaine guerre », indique le rapport cité par le quotidien.

L’exercice de défense passive, qui doit durer cinq jours, a pour but de préparer la population israélienne a des attaques d’armes conventionnelles – comme les roquettes Katioucha tirées à l’été 2006 par le Hezbollah libanais – ou des attaques de missiles armés de têtes chimiques et bactériologiques.

Source : Romandie.ch

Israël s’apprête à réaliser son plus important exercice militaire

samedi, avril 5th, 2008 par Clovis Casadue

Israël prévoit réaliser le plus important exercice jamais fait face à d’éventuelles attaques massives de missiles par l’Iran et la Syrie. Le gouvernement a préparé cinq jours d’exercice qui se tiendront en avril et qui simuleront des attaques de missiles conventionnels et non conventionnels par l’Iran, le Liban et la Syrie. Les officiels ont déclaré que les exercices ont pour but de mesurer le temps de riposte de même que l’évacuation des villes frappées par des missiles ennemis.

L’exercice, qui doit débuter le 6 avril, a été organisé par l’Autorité nationale des urgences. L’Autorité a été créée en 2007 à la suite des recommandations qui ont suivi la guerre contre le Hezbollah un an auparavant, au cours de laquelle 4 500 roquettes sont tombées sur Israël.

Le vice-ministre de la Défense, Matan Vilna’i, est responsable de cet exercice destiné à coordonner les manoeuvres militaires, policières et des services d’urgence. L’exercice prévoit également des tirs de roquettes et de missiles sur des villes israéliennes du sud par le régime du Hamas dans la bande de Gaza.

L’exercice se déroulerait simultanément avec une simulation dirigée par le gouvernement. Des officiels ont déclaré que le premier ministre israélien Ehoud Olmert devrait réunir le Conseil des ministres (le Cabinet) pour ordonner une riposte à l’attaque ennemie.

Les officiels ont déclaré que l’exercice pourrait se dérouler chaque année selon une évaluation voulant que l’Iran possèdera une bombe nucléaire dès 2009. En 2007, les militaires ont stoppé une opération visant à remplacer les masques à gaz distribués à la fin des années 1990.

Source : Global Research

Traduction : AlterInfo

La Syrie se prépare-t-elle à une une guerre avec Israël ?

samedi, avril 5th, 2008 par alyusi

La Syrie est-elle en train de préparer une guerre avec Israël ?

D’après le journal Al Quds Al Arabi, paraissant à Londres, qui cite des sources syriennes, Damas suivrait de près les mouvements de troupes de l’armée israélienne le long de la frontière Nord du pays et ferait preuve d’une vigilance accrue ces derniers temps.

Les médias israéliens, qui rapportent cette information, indiquent que les autorités syriennes se basent sur les dernières déclarations de hauts responsables militaires israéliens. Ces derniers, selon Damas, tenteraient d’inciter l’opinion publique, tant en Israël que dans le monde, à penser que Tsahal s’apprête à attaquer la Syrie.

Toujours d’après la même source, les forces syriennes organiseraient dernièrement de grands exercices militaires et auraient même mobilisé une partie de leurs réservistes pour se préparer à cette éventualité. En outre, la Syrie aurait augmenté l’état d’alerte dans le pays, de crainte d’une incursion sur son territoire « en provenance d’un des pays voisins », en laissant entendre qu’il s’agissait surtout du Liban.

Au cours des dernières semaines, la Syrie aurait déjà déployé trois divisions blindées, des forces spéciales et des unités de fantassins en face de la Bekaa occidentale du Liban. Les Syriens estimeraient en effet que si Tsahal prévoit une incursion terrestre, elle devrait s’effectuer dans cette région à partir de laquelle il serait facile de contrôler l’axe Beyrouth-Damas.

Il ne faut pas oublier, dans ce contexte, les propos du président Bachar Al Assad lors du sommet arabe qui s’est tenu samedi dernier à Damas. Il a déclaré qu’Israël « profitait de chaque occasion pour prouver son refus de la paix ». Il avait ajouté : »Nous n’obtiendrons la sécurité que par des voies pacifiques et non par la guerre. La paix ne viendra que par le retrait des terres arabes occupées et par leur restitution totale ».

Les vrais chiffres: la France enverra plus d’un millier d’hommes en Afghanistan

vendredi, avril 4th, 2008 par Clovis Casadue

En matière militaire, le diable se niche souvent dans les détails. Alors que le président de la République a bien annoncé, hier à Bucarest, l’envoi d’un renfort de 700 hommes en Afghanistan, les effectifs français présents dans ce pays vont augmenter d’un bon millier d’ici à l’automne prochain. Voici pourquoi et comment:

1) Il y aura d’abord les 700 hommes du bataillon, aujourd’hui affecté à la Reserve stratégique de l’Otan (NSR). Cette unité remplacera des Américains, qui partiront dans le sud de l’Afghanistan. Comme l’a précisé Nicolas Sarkozy, ils seront déployés dans l’Est du pays. « Nous voulions une continuité géographique avec Kaboul, où nous sommes déjà. C’est plus simple en termes logistiques et donc moins coûteux » explique-t-on au ministère de la Défense. Ce renfort devrait coûter de l’ordre de 150 millions d’euros par an. La date (« A l’été » dit-on au ministère) et le lieu exact du déploiement n’est pas encore connu. Des discussions sont en cours avec les différents états-majors de l’Otan (Kaboul, Bruxelles, Brussum). Les troupes actuellement désignées pour cette mission sont issues de la 11ème Brigade parachutiste, en particulier du 8ème RPIMa. Mais, si leur déploiement tarde un peu, les paras pourraient passer leur tour et la mission reviendrait sans doute aux troupes de montagne.

2) A côté de ce nouveau renfort, deux renforts étaient déjà programmés et annoncés:

– En aout, la France doit prendre, pour la deuxième fois, la responsabilité de la RCC (Regional Command Capital), c’est à dire la région de Kaboul. C’est un commandement tournant entre trois pays : France, Italie et Turquie. Pour assumer cette responsabilité, un état-major ainsi que des moyens de soutien et de protection seront envoyés à Kaboul, en plus du bataillon français présent dans la capitale. Soit 300 hommes supplémentaires. Cette mission durera environ un an.

– Dans le cadre de son effort de soutien à l’armée nationale afghane, la France avait prévu d’envoyer une cinquième équipe d’OMLT (Operationnal Mentoring Liaison Team) dans la province d’Oruzgan, un secteur confié aux Hollandais. L’effectif de cette OMLT sera d’environ 80 hommes, issus pour l’essentiel du 2ème Régiment étranger d’infanterie (REI).

Faisons l’addition : 700 + 300 + 80 = plus d’un millier de militaires, qui viendront s’ajouter aux 1500 actuellement présents dans le pays.

Les forces spéciales ne retourneront pas en Afghanistan

Le COS n’enverra pas un nouveau détachement, même si l’hypothèse a été sérieusement étudiée. Les forces spéciales ont été présentes en Afghanistan de la mi-2003 à la fin 2006, dans le cadre de l’opération Arès. « Les forces spéciales doivent être employées dans des opérations spéciales », explique un responsable militaire. Or, la mission confiée aux Français s’apparentera à du « contrôle de zone » dans un secteur difficile. Un travail pour l’infanterie légère. Les leçons de Spin Boldak (où avait été engagé le COS) semblent avoir été tirées. En revanche, le COS poursuivra sa participation à la formation des forces spéciales afghanes.

Secret Défense

 

Le Hezbollah dénonce « la guerre déclarée par les USA » à l’opposition libanaise

vendredi, mars 7th, 2008 par Clovis Casadue
Une dépêche de l’ANI a indiqué que suite à une réunion avec un responsable de l’ambassade suisse, le responsable aux affaires internationales, Nawaf Moussaoui a accusé les USA de déclarer une guerre à l’opposition libanaise et à vouloir contrôler le Liban suite au déploiement de 2 navires de guerres dans les eaux internationales à proximité du Liban et de la Syrie.

Il indique que « l’opposition a réussi à vaincre l’agression militaire israélienne et a empêché l’hégémonie américaine sur le Liban » et déclare que l’opposition sera capable de faire face à toute agression politique ou autre avant de dénoncer la situation actuelle à Gaza ou l’armée israélienne et le Hamas se font militairement face.

Deux nouveaux bâtiments de l’US Navy croisent au large du Liban

mercredi, mars 5th, 2008 par Clovis Casadue
es Etats-Unis ont remplacé au large des côtes du Liban le contre-torpillleur « USS Cole » par deux autres bâtiments de l’US Navy, le croiseur « USS Philippine Sea » et le contre-torpilleur « USS Ross », a annoncé mardi la marine de guerre américaine.

En outre, un troisième bâtiment, chargé du ravitaillement, continue de croiser dans la région, invisible du littoral libanais comme les deux autres navires de l’US Navy, a précisé un responsable sous le sceau de l’anonymat.

La présence de la marine de guerre américaine au large du pays du Cèdre a pour objectif d’affirmer le soutien de Washington au Liban face à son ancien « tuteur » syrien.

Le Liban traverse depuis 16 mois une crise politique majeure provoquée par la persistance de désaccords entre la majorité pro-occidentale et l’opposition prosyrienne, emmenée par les chiites du Hezbollah, sur la composition d’un futur gouvernement.

« Nouvelle page » dans les relations entre l’Iran et l’Irak

dimanche, mars 2nd, 2008 par Clovis Casadue
Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a affirmé dimanche à Bagdad que sa visite historique en Irak représentait une « nouvelle page » dans les relations entre les deux pays et visait à « renforcer » les liens bilatéraux.

« C’est une nouvelle page dans l’histoire des relations entre les deux pays. Nous avons eu de bonnes discussions et un climat fraternel, constructif », a affirmé M. Ahmadinejad lors d’une conférence de presse commune avec son homologue irakien, Jalal Talabani, à Bagdad.

Selon lui, cette visite permet également d’établir « un nouveau climat » au Moyen-Orient.

« Nous avons une compréhension commune des choses et les deux parties sont déterminées à renforcer leur coopération politique et économique et culturelle », a-t-il ajouté.

« Aujourd’hui, le peuple irakien passe par des conditions difficiles. Mais comme nous connaissons le peuple irakien (…) il surpassera cette situation et l’Irak de demain sera un Irak puissant, développé et prospère », a encore assuré le président iranien.

« Un Irak uni, puissant et développé est dans l’intérêt de tous les pays de la région. Les peuples iranien et irakien seront toujours côte à côte », a poursuivi M. Ahmadinejad.

Le président irakien a de son côté salué la visite de son homologue iranien, la qualifiant d' »historique ».

« Nous considérons que cette visite est historique et est un message envoyé aux peuples irakien et iranien indiquant que les relations entre les deux pays sont bonnes », a indiqué M. Talabani.