Archives du tag ‘Irak

Ossétie du Sud: la Russie réagira au transfert d’Irak de militaires géorgiens

lundi, août 11th, 2008 par Clovis Casadue

La direction militaire russe adoptera des mesures adéquates contre le transfert d’Irak de 800 militaires géorgiens, a averti lundi lors d’une conférence de presse à RIA Novosti le chef adjoint de l’Etat-major général des Forces armées russes Anatoli Nogovitsyne.

« Nous sommes prêts à accroître notre contingent (en Ossétie du Sud). Ce sera notre réponse à cette nouvelle donne », a indiqué le général.

Dans le même temps, il a constaté qu’à présent, le rapport des forces dans la zone du conflit osséto-géorgien était équilibré. Selon M. Nogovitsyne, cela s’est produit après le renforcement du contingent de paix russe par des unités de la 58e armée.

« Cela ne se rapporte d’ailleurs qu’aux régions où se déroulent les hostilités », a souligné le général.

Le contingent russe en Ossétie du Sud possède les forces et les moyens nécessaires pour accomplir des tâches dans le cadre de la mission de la paix dans la zone du conflit osséto-géorgien , a indiqué le chef adjoint de l’Etat-major général des Forces armées russes.

Publicités

>Vingt-cinq miliciens tués à Sadr-City depuis jeudi par les forces américaines d’occupation

samedi, mai 10th, 2008 par Clovis Casadue

Les forces américaines d’occupation ont tué 25 combattants au cours des deux derniers jours dans le bidonville chiite de Sadr-City, à la périphérie de Bagdad, annonce vendredi l’état-major de l’armée américaine en Irak.

Plusieurs communiqués militaires précisent que ces hommes ont péri jeudi et vendredi au cours d’affrontements dans ce fief des miliciens de l’Armée du Mahdi, fidèle à l’imam Moktada Sadr.

Des blindés et des moyens aériens ont été appelés en appui lors de ces accrochages afin de déloger des activistes qui tiraient des roquettes et des coups de feu contre des patrouilles américaines.

Les hôpitaux de Sadr-City ont dit avoir réceptionné quatre cadavres et admis une cinquantaine de blessés, dont des enfants.

Les combats dans Bagdad font rage depuis que le Premier ministre, le chiite Nouri al Maliki, a ordonné fin mars la répression des groupes armés.

Plusieurs centaines de personnes ont été tuées et aucun signe d’apaisement n’est visible dans ce vaste bidonville de deux millions d’habitants où les agences humanitaires s’inquiètent des répercussions des violences.

> L’armée américaine nie l’arrestation du chef d’Al Qaïda en Irak

vendredi, mai 9th, 2008 par Clovis Casadue

L’armée américaine a démenti vendredi l’information selon laquelle le chef de file d’Al Qaïda en Irak, l’Égyptien Abou Ayyab al Masri, avait été arrêté.

« Il n’a pas été arrêté », a déclaré à Reuters un haut responsable de l’armée américaine, sans donner plus de détails.

Plusieurs responsables des services de sécurité irakiens avaient annoncé jeudi la capture de l’activiste égyptien, connu sous le nom d’Abou Hamza al-Mouhajir, mais l’armée américaine n’avait pas confirmé l’information.

D’après un haut responsable des services de sécurité de Mossoul, l’homme arrêté serait un Irakien et non un Égyptien.

Source : Reuters

A noter que, selon le gouvernement irakien, Abu Hamza al-Muhajir a été arrêté 4 fois et tué 3 fois…

L’Emir Abu ‘Omar al-Baghdadi a quant à lui été arrêté 4 fois…

Un mensonge de plus dans la longue liste des mensonges du gouvernement irakien, c’est devenu une habitude.

Mecanopolis

> Un ancien détenu de Guantanamo auteur d’un attentat suicide en Irak

jeudi, mai 8th, 2008 par Clovis Casadue

L’auteur d’un récent attentat suicide dans la ville irakienne de Mossoul, a été identifié comme un ancien détenu koweïtien de la prison militaire américaine de Guantanamo, à Cuba, ont indiqué mercredi des responsables militaires américains.

Abdallah Salih al-Ajmi, libéré de Guantanamo en novembre 2005, est le premier kamikaze identifié comme étant un ex-détenu de Guantanamo, selon un porte-parole du Pentagone, le commandant Jeffrey Gordon.

L’homme était l’un des trois auteurs d’attentats commis le 26 avril à Mossoul, dans le nord de l’Irak, qui ont fait 7 morts, a-t-il précisé.

Il était retourné au Koweït après avoir été relâché de Guantanamo, mais il a ensuite rejoint l’Irak via la Syrie, a précisé depuis Bagdad un autre porte-parole de l’armée américaine, le commandant Bradford Leighton.

Quelque 90% des attentats-suicides en Irak sont perpétrés par des étrangers, mais les cas de kamikazes koweïtiens sont « relativement rares », a-t-il commenté.

Selon le décompte public du Pentagone, 13 anciens détenus de Guantanamo sont retournés au combat depuis leur libération.

Mais un rapport de l’Agence américaine de renseignement de défense, datant du 1er mai 2008, estime que 36 anciens prisonniers sont susceptibles d’avoir renoué avec le terrorisme, a indiqué un responsable américain sous couvert d’anonymat.

Le Koweïtien Abdallah Salih al-Ajmi était accusé par les Américains d’avoir combattu pendant plusieurs mois en Afghanistan aux côtés des talibans à l’époque au pouvoir jusqu’à leur chute fin 2001, après l’intervention d’une coalition militaire emmenée par les Américains.

Le camp de Guantanamo a été ouvert après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis pour accueillir des suspects arrêtés en Afghanistan et ailleurs dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme » lancée par le gouvernement américain.

Quelque 800 terroristes présumés sont passés par ce camp et 275 y sont toujours incarcérés.

Détail sur JihadViewpoint

>Irak : nouveau retrait des forces américaines d’ocupation en dépit de la poursuite des combats

mercredi, mai 7th, 2008 par Clovis Casadue

L’armée américaine d’occupation a annoncé mardi poursuivre la réduction de son contingent en Irak, en dépit de combats avec des miliciens chiites et d’un regain de tension avec l’Iran.

Au moins quatre personnes ont été tuées dans des accrochages depuis lundi soir dans le bastion chiite de Sadr City, dans le nord-est de Bagdad, où les troupes américaines d’occupation affrontent des partisans du chef anti-américain Moqtada Sadr depuis fin mars. Ces combats ont également fait 12 blessés, selon des sources médicales.

Dans un communiqué, le commandement américain a indiqué qu’une nouvelle brigade de 3.500 hommes allait être retirée du théâtre d’opérations irakien. Il s’agit du troisième retrait du genre depuis que George W. Bush a annoncé en septembre 2007 qu’il rappelait aux Etats-Unis une partie des renforts déployés en Irak l’année dernière. Le retrait, commencé en décembre et qui concerne cinq brigades, doit être achevé en juillet.

Une pause de 45 jours permettra ensuite d’évaluer si de nouvelles réductions sont envisageables. Les 3.500 soldats de la 3ème division d’infanterie seront rentrés à leur base, à Fort Benning, en Géorgie (Etats-Unis), « dans les prochaines semaines », a précisé l’armée américaine d’occupation dans un communiqué. Un tiers de ses troupes est déjà parti d’Irak, a précisé à l’AFP le commandement Winfield Danielson.

Les récentes réductions ont porté le contingent américain en Irak à 156.000 soldats, a encore indiqué le porte-parole. Les troupes américaines sont engagées depuis la fin du mois de mars dans des combats meurtriers avec les miliciens chiites, notamment dans le quartier de Sadr City, dans le nord-est de Bagdad.

Ce quartier est le bastion de la plus puissante des milices irakiennes, l’armée du Mahdi, de Moqtada Sadr, et les violences y ont fait plus de 900 tués depuis la fin mars. Les responsables américains assurent qu’ils ne s’en prennent pas à Moqtada Sadr mais à des « éléments indisciplinés » qui n’obéïssent pas à ses ordres de cessez-le-feu.

Moqtada Sadr soutient lui que le gouvernement du Premier ministre Nouri al-Maliki et les Américains veulent en finir avec lui avant des élections cruciales en octobre, que son mouvement pourrait utiliser pour renforcer son influence.

Les Américains mettent en cause des +groupes spéciaux+ accusés d’être armés, financés et entraînés par des services iraniens, et notamment la Force al-Qods, le corps d’élite des Gardiens de la Révolution, fer de lance du régime islamique.

Pour Téhéran, les combats en cours ne sont pas la bonne manière de régler la question des milices et rendent inutile la poursuite du dialogue entamé avec les Etats-Unis sur les questions de sécurité en Irak. « Nous assistons actuellement aux bombardements américains et au massacre des Irakiens », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Mohammad Ali Hosseini.

« Dans ces conditions, les discussions ne donneront aucun résultat et n’ont pas de signification », a-t-il indiqué.Le porte-parole du département d’Etat, Tom Casey, lui a fait écho en estimant que « cela n’a pas de sens de discuter de quoi que ce soit avec l’Iran tant qu’ils (les Iraniens) ne changeront pas d’attitude ».

Selon le New York Times, des membres du Hezbollah, bête noire d’Israël, entraînent des combattants irakiens dans un camp près de Téhéran, selon des rapports d’interrogatoires américains de miliciens capturés en 2007. Récemment, le porte-parole du gouvernement irakien, Ali Dabbagh, a indiqué que M. Maliki avait ordonné la formation d’une commission d’enquête pour établir d’éventuelles interférences iraniennes en Irak.

Il avait toutefois souligné que les autorités irakiennes étaient encore à la recherche de « preuves », alors que les Etats-Unis mettent régulièrement en cause des ingérence iraniennes en Irak pour expliquer les violences dans ce pays.

Source : Al-Oufok

>Le chef d’Al-Qaeda en Irak annonce une nouvelle offensive contre les troupes US

mardi, mai 6th, 2008 par Clovis Casadue

La voix d’un homme se présentant comme le chef d’Al-Qaeda en Irak a juré de lancer une nouvelle offensive d’un mois contre l’armée américaine, dans un enregistrement d’un heure mis en ligne samedi sur Internet.

Aucun expert indépendant n’avait encore confirmé qu’il s’agissait bien d’Abou Hamza al-Mouhajir, également connu sous le nom d’Abou Ayyoub al-Masri, mais la voix ressemblait beaucoup à celle des enregistrements qui lui ont été attribués précédemment.

Al-Moujahir a pris la tête d’Al-Qaïda en Irak à la mort d’Abou Moussab al-Zarqaoui, tué dans une attaques aérienne de l’armée américaine au nord-est de Bagdad en 2006.

« L’ennemi (les Etats-Unis) a annoncé, même si nous savons qu’il s’agit d’un mensonge, avoir atteint les 4.000 soldats morts en Irak. Nous devrions célébrer cela à notre manière et faire participer ce fou de Bush », dit Al-Moujahir dans l’enregistrement, mis en ligne sur un site Internet connu pour héberger des messages de militants d’Al-Qaïda.

« Nous demandons à nos chers amis (…) que chaque unité présente la tête d’un Américain en guise de cadeau à ce charlatan de Bush (…), en plus de celle de l’un des serviteurs et esclaves apostats des Conseils de l’Eveil, pendant une période d’un mois », a-t-il poursuivi, précisant que la période d’un mois commençait le jour du début de la diffusion de l’enregistrement.

Cette intervention fait suite à une série d’attaques meurtrières qui ont réveillé la crainte d’une montée en puissance des actions d’Al-Qaeda en Irak.

Les militants de l’organisation terroriste s’en sont notamment pris aux Conseils de l’Eveil, composés d’anciens insurgés sunnites qui ont choisi de quitter la rébellion pour combattre Al-Qaeda aux côtés des forces américaines.

>Ankara préparerait une nouvelle incursion en Irak

lundi, mai 5th, 2008 par Clovis Casadue

Deux mois après son intervention terrestre dans le nord de l’Irak, l’armée turque a relancé les opérations, aériennes cette fois, contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Il y a dix jours, l’aviation a mené deux raids dans les montagnes nord-irakiennes où se trouve le quartier général de cette organisation qualifiée de terroriste par Ankara, Washington et Bruxelles.

Samedi, l’état-major turc a confirmé avoir de nouveau pilonné la zone dans la nuit de jeudi à vendredi, durant trois heures. Cette fois, ce sont les monts Qandil, situés à la frontière de l’Iran, qui ont été visés. Plus de 150 «terroristes» y auraient été tués, dont certains haut gradés. Ces raids «réussis» auraient atteint leurs cibles et créé «une grande panique» au sein de l’organisation. «La lutte contre le terrorisme a eu des résultats très positifs cette année, a commenté le numéro deux de l’armée turque, le général Basbug. L’organisation terroriste est dans un état de confusion et de trouble.»

>Bush demande 70 milliards de dollars en 2009 pour le financement des guerres en Irak et Afghanistan

dimanche, mai 4th, 2008 par Clovis Casadue

George W. Bush a adressé aux parlementaires une demande de financement des guerres en Irak et en Afghanistan, d’un montant prévisionnel de 70 milliards de dollars (45,2 milliards d’euros) en 2009, ont déclaré vendredi des responsables du Congrès.

Cette somme pour l’année budgétaire 2009 débutant le 1er octobre 2008 porterait à 875 milliards de dollars (566 milliards d’euros) les sommes engagées depuis 2001 pour la lutte contre le terrorisme ainsi que les conflits en Irak et en Afghanistan, ajoutent ces responsables.

La majeure partie des 70 milliards de dollars, 45 milliards (29,1 milliards d’euros), est destinée à financer les opérations de combat, tandis que deux milliards de dollars (1,2 milliard d’euros) couvriraient la hausse des prix du carburant.

L’enveloppe demandée par le président américain inclut une aide de 770 millions de dollars (498 millions d’euros) pour tenter d’atténuer la crise alimentaire mondiale. Bush a également demandé 1,7 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) pour des infrastructures, programmes sociaux et initiatives de développement économique en Irak et en Afghanistan. En vertu de sa demande, l’armée afghane recevrait 3,7 milliards de dollars (2,4 milliards d’euros) pour ses efforts de contre-insurrection et l’armée irakienne deux milliards de dollars (1,3 milliard d’euros) dans le même but.

Le Pakistan, un allié clé de Washington dans la lutte contre le terrorisme, recevrait 193 millions de dollars (125 millions d’euros) d’aide.

Blackwater reste en Irak

dimanche, avril 6th, 2008 par Clovis Casadue

Malgré les scandales, les agents de l’entreprise privée de sécurité Blackwater vont rester en Irak, ainsi en a décidé le gouvernement américain. Le contrat arrive à expiration le 7 mai prochain. Il a été renouvelé parce que le FBI n’a pas encore publié les conclusions de son enquête.

En renouvelant pour un an le contrat de la société de mercenaires Blackwater, le département d’Etat a décidé de passer outre les critiques du gouvernement irakien mais également des parlementaires américains.

En octobre 2007, un rapport du Congrès affirmait en effet que cette société privée avait été impliquée depuis 2005 dans plus de 200 incidents armés et que dans 85% des cas, les mercenaires de Blackwater avaient ouvert le feu les premiers.

L’incident le plus sanglant est survenu à Bagdad en septembre dernier. Dix-sept civils ont été tués par des gardes de Blackwater. Ceux-ci ont affirmé avoir riposté à des tirs. Mais cette version a été démentie par des témoins et par le Premier ministre irakien.

Pour justifier la prolongation du contrat de Blackwater, le gouvernement américain souligne que l’enquête concernant cette bavure présumée est en cours. « En fonction du résultat, nous jugerons s’il faut prolonger notre collaboration avec Blackwater » a indiqué le secrétaire d’Etat adjoint chargé de la protectoin diplomatique.

Quelle que soit l’issue de cette affaire, Blackwater a déjà largement profité des contrats gouvernemantaux. La société a en effet engrangé près d’un milliard et demi de dollars depuis 2004.

Oussama ben Laden est en bonne santé, affirme Ayman al-Zawahiri

samedi, avril 5th, 2008 par Clovis Casadue

Le numéro un de la nébuleuse Al Qaïda, Oussama Ben Laden, est en bonne santé et les rumeurs sur ses problèmes de santé sont fausses, a affirmé Ayman al-Zawahiri, son adjoint, dans un enregistrement diffusé mercredi sur un site internet islamiste.

« Le cheikh Oussama ben Laden est en bonne santé », dit-il en réponse à des questions qui lui avaient été soumises via internet. « Les individus mal intentionnés cherchent toujours à faire circuler de fausses informations voulant qu’il soit malade », ajoute-t-il.

Les internautes avaient été invités à interroger directement le bras droit d’Oussama ben Laden en décembre sur des sites liés à l’organisation.

Dans ses réponses, le numéro deux du réseau Al Qaïda, qui se trouverait actuellement en clandestinité, comme Ben Laden, quelque part en Afghanistan ou au Pakistan, a dénoncé les Nations unies et juré que des attentats seraient commis contre des Juifs à l’intérieur comme en dehors d’Israël.

« Les Nations unies sont l’ennemi de l’islam et des musulmans », déclare-t-il. « Elles ont légalisé la création de l’Etat d’Israël et la saisie des terres des musulmans (…) Elles ont légalisé la présence des croisés en Afghanistan (…) et en Irak », poursuit-il dans l’enregistrement audio d’une durée de 104 minutes.

Il a défendu le bien-fondé des attentats commis contre des bureaux des Nations unies, allusion semble-t-il aux attaques contre des bâtiments de l’Onu à Alger qui ont fait 41 morts en décembre dernier, et contre les locaux de l’Onu à Bagdad en août 2003, qui avaient fait 22 morts, dont Sergio Vieira de Mello, représentant de l’Onu en Irak.

Zawahiri a également appelé à des attaques contre les Juifs. « Nous promettons à nos frères musulmans que nous ferons tout ce que nous pouvons pour frapper des Juifs en Israël et à l’étranger, avec l’aide et la bénédiction de Dieu ».

Al Qaïda se consacrera à la lutte contre Israël après avoir « remporté » la guerre en Irak contre les forces gouvernementales irakiennes et américaines, a-t-il dit, ajoutant que les Etats-Unis avaient commencé à s’effondrer.

« LES EMPIRES NE S’EFFONDRENT PAS EN UNE MINUTE »

« Le mythe d’un monde unipolaire n’existe plus. Les frappes (du 11 septembre 2001) contre New York et Washington sont les signes identificateurs de cette chute mais les empires ne s’effondrent pas en une minute et cela pourrait prendre des dizaines d’années. L’effondrement de l’Union soviétique en est le plus récent exemple », a dit Zawahiri.

L’activiste égyptien a de nouveau appelé les musulmans à renverser les gouvernements alliés des Occidentaux et à attaquer les intérêts occidentaux et israéliens dans les pays musulmans.

« Nous appelons la population en Egypte et dans d’autres parties (du monde musulman) à frapper les croisés et les intérêts juifs où qu’ils soient pour forcer les envahisseurs à quitter le sol musulman et à cesser de soutenir des gouvernements corrompus », peut-on entendre dans l’enregistrement.

« La sévérité de la répression pourrait retarder le changement mais elle ne pourra pas l’empêcher (…) l’important est de se préparer au changement, d’être patient, déterminé à faire des sacrifices et de saisir les opportunités », poursuit le document.

Zawahiri a également appelé les musulmans à rejoindre les combattants « sur les théâtres ouverts du djihad tels que la Somalie, l’Irak, l’Algérie et l’Afghanistan » ou de les soutenir en leur apportant de l’argent ou des informations.

Il a par ailleurs justifié les attaques meurtrières d’Al Qaïda en Irak et au Maghreb qui tuent des civils. « Nous ne tuons pas les innocents. Nous combattons ceux qui tuent les innocents: les Américains, les Juifs, les Russes, les Français et leurs agents ».

La plupart des questions collectées depuis décembre étaient très critiques des agissements d’Al Qaïda. D’autres demandaient des renseignements pour rejoindre le djihad.

Zaouahri a précisé qu’il répondrait à d’autres questions lors d’une deuxième intervention.

« Nouvelle page » dans les relations entre l’Iran et l’Irak

dimanche, mars 2nd, 2008 par Clovis Casadue
Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a affirmé dimanche à Bagdad que sa visite historique en Irak représentait une « nouvelle page » dans les relations entre les deux pays et visait à « renforcer » les liens bilatéraux.

« C’est une nouvelle page dans l’histoire des relations entre les deux pays. Nous avons eu de bonnes discussions et un climat fraternel, constructif », a affirmé M. Ahmadinejad lors d’une conférence de presse commune avec son homologue irakien, Jalal Talabani, à Bagdad.

Selon lui, cette visite permet également d’établir « un nouveau climat » au Moyen-Orient.

« Nous avons une compréhension commune des choses et les deux parties sont déterminées à renforcer leur coopération politique et économique et culturelle », a-t-il ajouté.

« Aujourd’hui, le peuple irakien passe par des conditions difficiles. Mais comme nous connaissons le peuple irakien (…) il surpassera cette situation et l’Irak de demain sera un Irak puissant, développé et prospère », a encore assuré le président iranien.

« Un Irak uni, puissant et développé est dans l’intérêt de tous les pays de la région. Les peuples iranien et irakien seront toujours côte à côte », a poursuivi M. Ahmadinejad.

Le président irakien a de son côté salué la visite de son homologue iranien, la qualifiant d' »historique ».

« Nous considérons que cette visite est historique et est un message envoyé aux peuples irakien et iranien indiquant que les relations entre les deux pays sont bonnes », a indiqué M. Talabani.

Mahmoud Ahmadinejad débute aujourd’hui la première visite d’un président iranien en Irak

dimanche, mars 2nd, 2008 par Clovis Casadue

Le président Mahmoud Ahmadinejad se rendra dimanche en Irak, la première visite d’un chef d’Etat de la République islamique dans le pays. Outre son aspect historique, ce déplacement symbolise également l’influence grandissante de Téhéran dans la région.

M. Ahmadinejad devait arriver dimanche matin à l’aéroport de Bagdad, et se rendra ensuite au quartier général du président irakien Jalal Talabani dans la Zone verte de la capitale.

A la veille de sa visite, le président iranien s’est voulu rassurant à l’égard des Irakiens, réfutant les allégations répétées des Etats-Unis selon lesquelles Téhéran s’immisce dans les affaires du pays et alimente la violence entre milices chiites.

« L’Iran n’a aucun besoin d’intervenir en Irak. (L’Iran) est ami avec tous les groupes en Irak. N’est-il pas ridicule que ceux qui ont déployé 160.000 soldats en Irak nous accusent d’y intervenir », a-t-il demandé, selon des propos diffusés par l’agence de presse publique IRNA.

Durant sa visite de deux jours en Irak, le président iranien doit rencontrer son homologue et le Premier ministre Nouri al-Maliki. Ces derniers ont tous deux effectué des visites officielles en Iran depuis leur prise de fonction.

Les relations entre les deux pays, qui se sont livrés une sanglante guerre qui a duré huit ans (1980-1988) et fait plus d’un millions de morts ou blessés dans chaque camp, se sont améliorées depuis la chute de Saddam Hussein en 2003.

La majorité chiite irakienne (60%) de la population, est sortie de décennies de marginalisation pour devenir la force dominante du nouvel Irak. Nombre de hauts responsables chiites irakiens ont vécu en exil en Iran pendant les 35 années du régime baasiste, et ont gardé des liens avec les dirigeants iraniens.

Irak : George W. Bush refuse de s’engager sur des retraits de troupes supplémentaires avant la fin de son mandat

dimanche, mars 2nd, 2008 par Clovis Casadue

George W. Bush a refusé samedi de réitérer la promesse de membres de son administration sur des retraits anticipés de troupes d’occupation d’Irak avant la fin de son mandat.

D’éventuelles décisions sur le retrait de soldats dépassant les réductions déjà prévues d’ici juillet, devront être basées sur les recommandations des généraux, a déclaré Bush lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen dans son ranch du Texas.

Bush a laissé entendre que des retraits de troupes supplémentaires devraient attendre au moins la fin des élections provinciales prévues en octobre en Irak.

Bush doit quitter la présidence des Etats-Unis au début de l’année 2009.

Un haut responsable de l’administration avait laissé entre vendredi qu’il s’attendait à des réductions d’effectifs en Irak avant la fin de l’année.

Bush veut imposer des sanctions contre la Syrie à cause de son rôle corrupteur au Liban et en Irak

vendredi, février 29th, 2008 par Clovis Casadue
Le secrétaire d’Etat adjoint chargé des Affaires politiques américaines M. Nicolas Burns a fait part de la détermination de son pays à poursuivre l’imposition des sanctions contre la Syrie à cause de son rôle corrupteur au Liban et en Irak.

Estimant que Damas doit se rendre compte de la nécessité de jouer un rôle positif au Moyen-Orient, M. Burns a signalé la préoccupation de son pays à la vue de ce qu’il a qualifié « d’ union » entre la Syrie et l’Iran visant à appuyer les pires organisations terroristes comme le Hezbollah selon ses dires, ajoutant que la présence syro-iranienne dans la région est contre les espoirs et le rêve d’une démocratie et de l’indépendance au Liban.

Al Arabiya diffuse une vidéo d’un otage britannique en Irak

mercredi, février 27th, 2008 par Clovis Casadue
La chaîne de télévision Al Arabiya a diffusé mardi une vidéo montrant, selon elle, l’un des cinq ressortissants britanniques détenus en Irak depuis environ huit mois par un groupe chiite.

« Je m’appelle Peter (…) je suis retenu ici depuis près de huit mois maintenant », déclare un homme sur cette vidéo.

Selon Al Arabiya, l’homme invite le Premier ministre britannique, Gordon Brown, à libérer neuf Irakiens en échange des cinq otages britanniques.

« C’est aussi simple que cela, un simple échange de personnes (…) C’est tout ce qu’ils veulent. Relâchez leurs gens et nous pourrons rentrer chez nous », a-t-il dit.

Selon un communiqué mis à l’antenne par Al Arabiya, dont le siège est à Doubaï, un groupe s’intitulant « Résistance chiite islamique en Irak » déclare: « Nous nous adressons à vous, le peuple britannique, et non pas à votre gouvernement parce que vous êtes plus intéressés que votre gouvernement et votre reine (à la libération des cinq) ».

Le texte donne à penser que tous les neuf Irakiens ou une partie d’entre eux sont détenus par les forces américaines.

Les cinq Britanniques – un informaticien venu donner un cours de formation et ses quatre gardes du corps – avaient été enlevés en mai lors d’une opération-commando au sein du ministère des Finances à Bagdad.

Sur la vidéo, l’otage semble fatigué mais ne donne pas de signe de détresse.

A Londres, le Foreign Office a condamné la diffusion de ce document qui est, souligne-t-il, une épreuve pour les familles. « Nous pressons ceux qui détiennent les cinq à les libérer sur le champ », a ajouté le FCO dans un communiqué.

Filière irakienne : un Français en garde à vue à la DST

dimanche, février 17th, 2008 par alyusi
Un Français de 26 ans, soupçonné d’appartenir à la filière irakienne du XIXe arrondissement de Paris accusée d’avoir recruté et envoyé des jihadistes vers l’Irak, a été placé en garde à vue jeudi par la Direction de la surveillance du territoire (la DST) à son retour en France, selon une source proche du dossier. Au terme de sa garde à vue, il devrait être présenté au parquet anti-terroriste dimanche matin.

Les juges antiterroristes Philippe Coirre et Jean-Marc Trévidic ont clos leur instruction sur cette affaire fin novembre et sept personnes sont renvoyées devant le tribunal correctionnel. Toutes sont poursuivies pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». Un chef d’accusation passible de 10 ans de prison. Le cas du jeune Français en garde à vue a été disjoint.

Condamné à 15 ans de prison en Irak, il s’est évadé

Venant de Damas, il a lui-même « souhaité son retour » et est « heureux d’être de retour sur le territoire », a commenté son avocat, en confirmant une information du Monde. Arrêté à Falloujah en Irak en décembre 2004 par les forces américaines, il avait été placé en détention provisoire dans différents camps, dont celui d’Abou Ghraib. Il avait été condamné à 15 ans de prison le 3 juillet 2006 par le tribunal correctionnel de Bagdad. Il affirme avoir été victime de tortures de la part d’officiers américains lorsqu’il était détenu à Abou Ghraib. Son avocat a d’ailleurs déposé une plainte à Paris pour notamment séquestration, détention arbitraire et torture.

Transféré à la prison de Badouche, il s’était évadé en mars 2007, à la faveur d’une attaque de combattants islamistes. Depuis, il vivait en Syrie, selon une source proche du dossier. « Il va pouvoir témoigner des conditions de sa détention et des actes de tortures qu’il a subis de la part d’officiers américains » à la prison d’Abou Ghraib, a fait valoir son avocat.

L’enquête sur la filière irakienne avait débuté en septembre 2004 à la suite de l’identification d’un jeune Français originaire du XIXe arrondissement, tué deux mois plus tôt à Falloujah lors de bombardements américains.

Les forces de l’ordre libanaise appréhendent trois terroristes

samedi, janvier 12th, 2008 par alyusi

Suite à l’arrestation jeudi de Nabil Rahim, l’un des chefs présumés d’el-Qaëda au Liban et dans la région, les RG de l’armée ont appréhendé hier, dans le quartier populaire de Bab el-Ramel à Tripoli, un autre terroriste présumé dénommé Osmane el-Terkmani, alias Abou-Bakr el-Terkmani, qui pourrait être proche de Fateh el-Islam. Les FSI ont également annoncé l’arrestation de deux autres membres présumés du réseau fondamentaliste, portant respectivement les noms de Traboulsi et de Khoder.
Des sources sécuritaires ont indiqué à l’agence al-Markaziya que Nabil Rahim est le chef présumé d’un réseau terroriste affilié à el-Qaëda, et implanté au Liban, en Irak et en Arabie saoudite. Les membres principaux de l’organisation résidant au Liban ont été arrêtés il y a quelque temps, alors que les terroristes présumés qui ont été arrêtés récemment sont des membres secondaires du réseau, selon les sources précitées, qui ont démenti les informations selon lesquelles l’épouse de Nabil Rahim aurait été incarcérée.
D’après ces sources, des organisations terroristes saoudiennes auraient accordé des financements à Nabil Rahim qui aurait recruté des combattants, acquis des armes et des matières explosives, et loué des appartements pour entraîner ses partisans. Il aurait également sollicité l’aide de terroristes saoudiens et russes. L’un de ses principaux lieutenants, dénommé Bassam Hammoud, serait actuellement emprisonné en Arabie saoudite.
Les sources sécuritaires soulignent également que Nabil Rahim aurait recruté ses combattants « pour protéger la communauté sunnite au Liban » et qu’il qualifiait les autorités libanaises de « mécréantes ». Il aurait également pris contact avec Chaker Absi, le chef de Fateh el-Islam, avant le début des combats à Nahr el-Bared.

Irak: les USA larguent 20 T de bombes

vendredi, janvier 11th, 2008 par alyusi

L’aviation américaine a largué aujourd’hui plus de 21 tonnes de bombes sur des positions de la branche irakienne d’Al-Qaïda au sud de Bagdad, dans l’une de ses frappes les plus puissantes depuis le début l’invasion américaine en 2003, a annoncé l’armée américaine en Irak.
Deux bombardiers B-1 et quatre chasseurs F-16 ont visé dans la matinée, au cours de dix frappes, une quarantaine de cibles dans la localité d’Arab Jabour, en périphérie sud de la capitale.
« Trente-huit bombes ont été larguées en moins de dix minutes », soit l’équivalent de 21,5 tonnes de munitions.

Irak: Attentats contre deux églises

mercredi, janvier 9th, 2008 par alyusi

Deux voitures piégées ont explosé mercredi devant deux églises de Kirkouk, dans le nord de l’Irak, faisant au moins trois blessés, a annoncé la police. Le chef spirituel des catholiques d’Irak a déclaré mardi que la récente vague d’attentats contre des églises à Bagdad et à Mossoul, dans le Nord, avait pour but, non pas de persécuter les chrétiens mais plutôt de montrer que l’Irak n’est pas en paix. Les chrétiens irakiens représentent trois pour cent environ de la population de 27 millions d’habitants, en grande majorité musulmane. Plusieurs religieux chrétiens ont été enlevés ou tués en Irak et des chrétiens ont été contraints de fuir leur domicile.

Hausse de l’activité d’Al-Qaïda en Irak

mercredi, janvier 9th, 2008 par alyusi

La branche irakienne d’Al-Qaïda a accru ses « attaques spectaculaires » dans la province de Diyala, son bastion au nord de Bagdad, où l’armée américaine mène actuellement une offensive, a déclaré mercredi le commandant en chef de la coalition pour le nord de l’Irak.

Les opérations menées dans le cadre de l’offensive Phantom Phoenix, dont le lancement a été annoncé mardi, se concentrent dans la province de Diyala, jouxtant celle de Bagdad, où nombre de jihadistes ont été tués, a déclaré le général américain Michael Hertling lors d’une conférence de presse.

Malgré la baisse générale des attaques en Irak depuis juin, « il y a eu une hausse de l’activité d’Al-Qaïda dans la province de Diyala en termes d’attaques spectaculaires, mais la hausse de ce genre d’attaques ne veut pas dire qu’il y ait plus d’attaques », a-t-il dit en évoquant notamment une augmentation des attentats suicide commis par des femmes.

Interrogé sur des informations irakiennes faisant état de 20 à 30 combattants d’Al-Qaïda tués dans la province de Diyala depuis le début de Phantom Phoenix, le général américain Michael Hertling a répondu que ce chiffre était « à peu près exact ».

« Mais je ne veux pas donner de bilan » de cette opération près de Moqdadiyah (100 km au nord-est de Bagdad), a-t-il dit en soulignant que des opérations se déroulaient dans les quatre provinces du nord sous supervision américaine dans le cadre de Phantom Phoenix.

L’armée américaine avait un peu plus tôt annoncé la mort mardi en opération de trois de ses soldats dans la province de Salaheddine, sans préciser cependant s’ils avaient été tués pendant cette offensive.

Quelque 24.000 soldats américains sont déployés dans les provinces de Diyala, Salaheddine, Tamim et Ninive (nord), selon le général Hertling qui n’a pas précisé combien de soldats étaient au total impliqués dans l’offensive contre Al-Qaïda.

Le général Hertling a par ailleurs affirmé qu’au cours du dernier mois, « plus de 20 » responsables d’Al-Qaïda avaient été « capturés ou tués », dont au moins cinq importants leaders.

Il a notamment cité le nom d’Haider al-Afri, un important leader d’Al-Qaïda à Mossoul (370 km au nord de Bagdad), tué le 25 décembre.

Le général s’est par ailleurs dit « certain qu’il y avait des infiltrations (d’Al-Qaïda) dans l’armée irakienne », après la mort 26 décembre dans la province de Ninive de deux militaires touchés par des tirs délibérés d’un soldat irakien.