Archives du tag ‘USS Cole

L’arrivée de l’USS Cole embarrasse le gouvernement libanais

dimanche, mars 2nd, 2008 par Clovis Casadue
Selon diverses sources US, le destroyer USS Cole serait l’avant-garde d’une escadre navale qui sera déployée au large des côtes libanaises en prévision d’une intervention militaire. Cette escadre est composée de quatre destroyers et douze autres bâtiments, dont des navires amphibies spécialisés dans le débarquement de troupes.

Des déclarations de responsables états-uniens laissent entendre que l’envoi du USS Cole a été précédé de concertations avec le chef du gouvernement Fouad Siniora et son équipe. L’opposition, elle, avait déjà affirmé, par la bouche de ses plus hauts dirigeants, dont le chef du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, que le 14-mars pro-US a reçu des promesses et des assurances de Washington de l’imminence d’une intervention militaire. C’est ce qui explique le refus des loyalistes de présenter la moindre concession politique permettant de mettre en place un véritable partenariat.

L’opposition a fait preuve d’une grande fermeté, affirmant sa détermination à refuser et à résister à toute intervention militaire étrangère, qu’elle a assimilé à une tentative de colonisation, comme l’a affirmé le chef chrétien de l’opposition, le général Michel Aoun. Elle affrontera toutes les forces locales qui facilitent et incitent au retour du colonialisme au Liban.

Publicités

USS Cole au Liban : la Syrie fustige la politique américaine au Proche-Orient

dimanche, mars 2nd, 2008 par Clovis Casadue

La Syrie a lancé samedi une violente attaque contre les Etats-Unis, qui ont déployé le navire de guerre USS Cole au large du Liban, accusant Washington de vouloir imposer par la force une solution américaine à la crise politique de ce voisin.

En présence du chef de la Ligue arabe Amr Moussa, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a par ailleurs assuré que « tous les pays arabes » seraient invités au prochain sommet de l’organisation, fin mars à Damas, qui s’annonce délicat du fait de tensions internes.

« La présence du navire de guerre au large du Liban montre que les Etats-Unis oeuvrent pour entraver toutes les solutions politiques » au Liban, a tout d’abord déclaré Walid Mouallem. « Les Etats-Unis ne peuvent pas imposer une solution au Liban », a poursuivi M. Mouallem, s’en prenant vivement à la politique américaine dans la région.

Les relations syro-américaines sont au plus bas alors que Washington accuse Damas d’être responsable de la poursuite de la crise politique au Liban et des violences qui l’accompagnent.

Le ministre syrien a notamment soutenu que Washington n’appuyait pas le plan de la Ligue arabe pour l’élection d’un président au Liban, sans chef d’Etat depuis le 24 novembre.

L’envoi de l’USS Cole est un « message en premier lieu à la mission d’Amr Moussa, au plan arabe et à la Ligue arabe », a encore estimé le ministre syrien, interrogé quant à savoir si Damas était le premier visé par ce déploiement.

Washington a annoncé jeudi avoir déployé l’USS Cole au large du Liban en raison d’inquiétudes sur la situation dans ce pays, qui traverse sa plus grave crise politique depuis la fin de la guerre civile, en 1990.

Interrogé à son tour, le chef de la Ligue arabe Amr Moussa a lui indiqué qu’il s’était entretenu avec le président syrien Bachar al-Assad des « préparatifs » du sommet arabe prévu les 29 et 30 mars à Damas. Nous avons évoqué « les problèmes dangereux qui provoquent les tensions entre pays arabes », a souligné M. Moussa, estimant qu' »un sommet réussi à Damas » était de l’intérêt de tous.

Il s’agira du « premier sommet à Damas depuis la création de la ligue arabe », a avancé Amr Moussa.

Selon des médias arabes, l’Arabie saoudite et d’autres pays membres pourraient boycotter le sommet de Damas, ou envoyer des délégations de bas niveau, si la question du vide présidentiel au Liban n’était pas réglée au préalable.

« Tous les pays arabes seront invités au sommet de Damas. Le Liban y sera représenté », a signalé M. Mouallem, dont le pays avait jusqu’ici lancé des invitations aux Etats arabes à l’exception de l’Arabie saoudite et du Liban. « Tout le monde veut qu’un président soit élu au Liban. L’élection d’un président au Liban est une question importante, de nombreux dirigeants arabes la considèrent comme nécessaire », a lancé M. Moussa.

Amr Moussa a déjà effectué plusieurs missions de médiation à Beyrouth pour tenter de faire adopter un plan arabe qui prévoit l’élection immédiate du chef de l’armée, le général Michel Sleimane, à la présidence, suivie de la formation d’un gouvernement d’union nationale, mais sans minorité de blocage comme le réclame l’opposition, et de l’élaboration d’une nouvelle loi électorale.

Bush veut imposer des sanctions contre la Syrie à cause de son rôle corrupteur au Liban et en Irak

vendredi, février 29th, 2008 par Clovis Casadue
Le secrétaire d’Etat adjoint chargé des Affaires politiques américaines M. Nicolas Burns a fait part de la détermination de son pays à poursuivre l’imposition des sanctions contre la Syrie à cause de son rôle corrupteur au Liban et en Irak.

Estimant que Damas doit se rendre compte de la nécessité de jouer un rôle positif au Moyen-Orient, M. Burns a signalé la préoccupation de son pays à la vue de ce qu’il a qualifié « d’ union » entre la Syrie et l’Iran visant à appuyer les pires organisations terroristes comme le Hezbollah selon ses dires, ajoutant que la présence syro-iranienne dans la région est contre les espoirs et le rêve d’une démocratie et de l’indépendance au Liban.

Les Etats-Unis dépêchent l’USS Cole au large du Liban

vendredi, février 29th, 2008 par Clovis Casadue
Manifestant leur exaspération à l’égard de la Syrie, les Etats-Unis ont décidé de positionner le destroyer USS Cole devant les côtes libanaises pour contribuer à la « stabilité » régionale, a-t-on appris jeudi de source officielle.

« Les Etats-Unis estiment qu’un signe de soutien est important pour la stabilité régionale. Nous sommes très préoccupés par la situation au Liban. Elle dure depuis trop longtemps », a déclaré un haut responsable de l’administration Bush ayant requis l’anonymat.

La persistance des désaccords entre la majorité pro-occidentale et l’opposition pro-syrienne emmenée par le Hezbollah sur la composition d’un futur gouvernement d’union a entraîné lundi un 15e report de l’élection du chef de l’Etat.

Le vote de la Chambre des députés qui devait consacrer le choix du chef de l’armée, le général Michel Souleïman, pour succéder au pro-syrien Emile Lahoud, dont le mandat a expiré le 23 novembre, était prévu mardi. Il est désormais programmé le 11 mars.

La crise, que Washington impute à la Syrie, menace de dégénérer en affrontements entre communautés chiite et sunnite et empoisonne les relations entre les voisins du Liban à l’approche du prochain sommet de la Ligue arabe, prévu les 29 et 30 mars à Damas.

« LA NERVOSITÉ S’ACCROÎT »

« Notre sentiment est que la nervosité s’accroît, avec les menaces du Hezbollah et l’impression générale qu’on ne va pas vers une solution », a poursuivi le responsable américain.

L’envoi de l’USS Cole, a-t-il poursuivi, « fait partie d’une série de mesures de notre part et de la part d’autres membres de la communauté internationale pour exprimer notre inquiétude au sujet du comportement des Syriens ».

Selon un représentant du département de la Défense, l’USS Cole qui a quitté Malte mardi se tiendra loin derrière la ligne d’horizon et ne sera pas visible de la côte.

« Il s’agit de contribuer à la stabilité pendant une période potentiellement critique », a-t-il poursuivi, précisant que le bâtiment pourrait être remplacé par l’USS Nassau, un navire de débarquement qui croisait jusqu’ici dans l’Atlantique, mais qui a mis le cap sur la Méditerranée.

La décision a été prise cette semaine par le président George Bush, qui en a informé ses plus proches alliés, a-t-il ajouté.

« Le président est préoccupé par la situation au Liban et évoque régulièrement le sujet avec son équipe », a quant à lui indiqué Gordon Johndroe, porte-parole du Conseil national de sécurité, interrogé au sujet de cette initiative.